En décembre, Cosenza a regardé sa communauté juive décorer le boulevard piéton, Via Arabia, de menorot. Aujourd’hui, la ville du sud de l’Italie fouille dans son passé nazi.

La semaine dernière, à la Foire du voyage international de Milan, le bureau du tourisme de Cosenza a distribué des brochures dans lesquelles figurait le dirigeant nazi Heinrich Himmler.

La ville calabraise de 70 000 âmes est célèbre pour ses cédrats (etrogs), et est devenue un fournisseur majeur pour les fêtes juives de Souccot.

Récemment, l’industrie touristique de la ville a entrepris de développer la part juive de son histoire – au début du 16e siècle, les Juifs ont été expulsés ou contraints de se convertir au christianisme – et la municipalité a décidé de restaurer un bâtiment situé dans l’ancien quartier juif.

Mais c’est une histoire encore plus ancienne qui est le principal objectif des efforts touristiques de Cosenza, une histoire qui intéressait les nazis.

La nouvelle brochure de la ville raconte la légende d’Alar I, roi des Wisigoths germaniques qui a envahi l’Italie et saccagé Rome en 410 CE. Peu de temps après, Alar se trouvait à Cosenza, où il est mort subitement. Selon la légende, il fut enterré dans la rivière de Busenzo avec ses nombreux trésors.

Selon la légende, dans le butin d’Alar se trouvait la Menora apportée de Jérusalem par les Romains après la destruction du Second Temple en 70 CE.

Tout au long des siècles, beaucoup de gens ont essayé de localiser l’emplacement exact de la sépulture d’Alar – et de son butin.

En tant que fiers Aryens, les partisans du régime nazi ont manifesté un intérêt particulier pour cette histoire et les mythes liés aux peuples germaniques de l’époque romaine.

Comme le dit la brochure, « en 1937, l’année où la légende d’Alar gagnait en popularité, Himmler, commandant nazi SS, a initié des fouilles [à Cosenza pour trouver la tombe d’Alar], mais en vain ».

Brochure touristique de la ville de Cosenza (Crédit : autorisation)

Brochure touristique de la ville de Cosenza (Crédit : autorisation)

Si le texte n’offre pas d’autres détails sur l’histoire ou le rôle de Himmler, la photo du commandant SS domine la page, à côté du titre.

Le maire de Cosenza, Mario Occhiuto, a déclaré au Times of Israel, mardi qu’il n’avait pas vu la brochure avant qu’elle ne soit imprimée et distribuée. Il suppose que le graphiste a choisi la photo simplement parce que Himmler était mentionné dans le texte.

« Nous considérons Himmler comme l’un des pires criminels de l’histoire, déclare Occhiuto.  Nous n’avions nulle intention d’envoyer un quelconque message différent. »

« Cependant, nous ne pouvons prétendre que l’histoire d’Alar et de sa fortune ne s’est pas déroulée comme expliqué dans le texte », ajoute-t-il.

Depuis quelques mois, la ville de Cosenza utilise la légende d’Alar pour redorer son image de destination touristique.

Parmi ses initiatives, au cours de la saison des fêtes de décembre dernier, les rues de la ville étaient décorées de lumières de Noël inspirées de l’histoire d’Alar, et l’un des principaux boulevards a été orné d’une série de menorot lumineuses.

La Via Arabia à Cosenza, Italie, décorée de Menorah pour les fêtes. (Crédit : Mario Tosti)

La Via Arabia à Cosenza, Italie, décorée de Menorah pour les fêtes. (Crédit : Mario Tosti)