Le président François Hollande a tenté mardi de rassurer les Juifs de France, assurant que « la République les défendra de toutes ses forces », lors d’une cérémonie dans un cimetière juif dont la profanation a entraîné une vive indignation.

« Je connais le sentiment d’inquiétude qui traverse les Français de confession juive, a déclaré le chef de l’Etat.

« Je sais qu’ils écartent dans leur immense majorité la perspective de quitter leur patrie. Ils sont Français, ils aiment la France et leur place est naturellement en France », a-t-il ajouté, alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a renouvelé, après cette profanation, son appel aux Juifs européens à rejoindre Israël, comme après les attentats de Paris en janvier.

La République « vous défendra de toutes ses forces. Parce qu’à travers vous c’est elle qui est visée, ses valeurs, ses principes, sa promesse », a poursuivi François Hollande lors de la cérémonie le chef de l’Etat.

« Profaner, c’est insulter toutes les religions et souiller la République », a déclaré le chef de l’Etat lors de la cérémonie dans le cimetière de Sarre-Union (est), devant les nombreux responsables français qui assistaient à la cérémonie, ainsi que l’ambassadeur d’Israël en France Yossi Gal et des responsables de la communauté juive française.

La profanation de quelque 250 tombes, un acte d’une ampleur inédite depuis 1992, avait été découverte dimanche.

Cinq mineurs, sans antécédents judiciaires, ont été placés en garde à vue lundi, mais leurs motivations restent floues.

La profanation a entraîné une vive indignation des autorités et de la communauté juive, dans le sillage des attaques de Copenhague et un mois après les attentats de Paris qui ont fait 17 morts dont quatre Juifs lors d’une prise d’otages dans une épicerie juive.

« La justice dira ce qui relève de l’inconscience, de l’ignorance ou de l’intolérance. Mais le mal est d’ores et déjà fait », a dit Hollande.

« On peut chercher toutes les explications, il en faut, mais il faut aussi des réponses, et la fermeté est dans ces circonstances la seule réponse. Quiconque persistera en France à commettre des actes ou à proférer des messages de haine et d’incitation à la violence verra se dresser contre lui la République et ses lois. Quiconque se rendra coupable d’actes antisémites ou racistes sera inlassablement recherché, interpellé et condamné », a poursuivi le président de la République.

Il a assuré que « la République serait plus forte que la haine ».

Quelque 200 lycéens ont participé mardi à une marche silencieuse dans les rues de Sarre-Union pour témoigner de leur indignation après la profanation du cimetière juif.

Brandissant des pancartes appelant au « respect » et à la « coexistence » pacifique des religions, ils ont notamment observé une minute de silence devant la synagogue de ce bourg de 3 000 habitants, selon un journaliste de l’AFP.