Le président français François Hollande se rendra en Arabie saoudite, à une date qui reste à déterminer, pour y « présenter ses condoléances » après le décès du roi Abdallah, a indiqué vendredi l’Elysée.

« Le chef de l’Etat présentera ses condoléances » en Arabie saoudite, a indiqué l’entourage de Hollande, en déplacement ce vendredi au forum de Davos (Suisse).

« Les modalités du déplacement restent à déterminer », a-t-on ajouté de même source.

« L’Arabie saoudite est un partenaire, à la fois sur le plan économique et politique », a souligné le chef de l’Etat français devant la presse à son arrivée à Davos.

« J’avais avec le roi Abdallah des relations de confiance, y compris pour lutter contre le terrorisme », a-t-il enchaîné, confirmant qu’il se rendrait prochainement en Arabie Saoudite « pour qu’il puisse y avoir là encore un renforcement des relations » avec la France.

Interrogé sur le sort du blogueur Raef Badaoui, condamné à 1 000 coups de fouet pour « insulte à l’islam » dans ce pays, François Hollande a souligné que « la France est attachée aux droits de l’Homme » et qu’il rappelait « ces règles (…) partout » où il se déplaçait.

« Il n’y a pas de règles qui vaudraient pour un pays, le nôtre, et qui n’auraient pas de rayonnement pour d’autres », a-t-il enchaîné, estimant que ces « valeurs sont universelles y compris lorsqu’il s’agit de protéger la liberté d’expression ».

Le roi Abdallah d’Arabie saoudite est mort vendredi et son demi-frère le prince Salmane, 79 ans, lui a succédé sur le trône du premier pays exportateur de pétrole, qui est aussi un poids lourd du Moyen-Orient et le berceau de l’islam.

Le palais royal a annoncé dans un communiqué le décès à 01H00 locales d’Abdallah, qui était âgé d’environ 90 ans (sa date de naissance exacte est inconnue).

Souffrant d’une pneumonie, il était hospitalisé depuis le 31 décembre à Ryad. Ses funérailles ont débuté vendredi après-midi dans une mosquée de Ryad.