La France souhaite « toujours » une solution au conflit israélo-palestinien passant par la coexistence de deux États, et est prête à jouer un « rôle d’intermédiaire », a affirmé vendredi le président François Hollande.

« La position de la France, c’était et ce sera toujours la solution des deux États avec un principe intangible pour nous qui est la sécurité d’Israël », a déclaré M. Hollande à l’issue du sommet européen à Bruxelles.

« La France peut jouer un rôle utile » dans ce processus, « nous pouvons toujours être des intermédiaires », a-t-il ajouté, grâce à ses « relations d’amitié avec les Israéliens » et « avec l’Autorité palestienne ».

François Hollande a appelé vendredi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyhu pour le « féliciter » pour sa victoire aux élections législatives de mardi.

« Il l’a félicité pour sa victoire » intervenue « dans un moment de responsabilité et de difficulté », au cours d’une conversation qui s’est prolongée pendant « une dizaine de minutes », a-t-on appris auprès du palais présidentiel français.

Mercredi, la France avait appelé Israël à la « responsabilité » et réclamé une relance des « négociations en vue d’un accord de paix global et définitif » avec les Palestiniens, basé sur une solution à deux Etats.