Le président François Hollande s’est entretenu avec son homologue iranien Hassan Rouhani, avec qui il a examiné « les conditions de la mise en œuvre » de l’accord sur le nucléaire iranien, a indiqué la présidence française jeudi.

« Ils se sont félicités de l’accord conclu à Vienne le 14 juillet » et « ont convenu de renforcer la coopération bilatérale dans ce nouveau contexte », a précisé la présidence dans un communiqué. Le président Hollande a « souhaité que l’Iran contribue positivement au règlement des crises au Moyen-Orient ».

Selon l’Elysée, la visite en Iran du chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, le 29 juillet, s’inscrit dans ce renforcement de la coopération entre les deux pays.

Il doit notamment s’entretenir en Iran avec le président Rouhani, après la conclusion de l’accord historique sur le programme nucléaire de Téhéran avec les grandes puissances.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a entériné lundi l’accord ouvrant la voie à la levée des sanctions internationales qui pesaient depuis 2006 sur la République islamique.

Lundi également le vice-chancelier et ministre allemand de l’Economie, Sigmar Gabriel, a été le premier dirigeant occidental à se rendre à Téhéran depuis la conclusion de l’accord.

Les annonces de visites de responsables européens de haut rang se multiplient alors que la levée des sanctions, attendue à partir de début 2016, doit rouvrir les vannes des investissements étrangers en Iran, pays de près de 80 millions d’habitants aux riches ressources pétrolières et gazières.