Le gouvernement hongrois a déclaré lundi que la campagne d’affichage controversée contre le philanthrope juif George Soros, né en Hongrie, était toujours en partie présente dans la capitale en raison d’un « problème technique » qui n’est « pas notre problème ».

Les affiches, jugées antisémites par certains, devaient être enlevées pendant le week-end, mais plusieurs d’entre elles étaient toujours visibles dans la capitale quelques heures avant l’arrivée du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Dans un communiqué adressé au Times of Israël, le bureau du Premier ministre hongrois Viktor Orban a nié toute responsabilité pour les affiches toujours présentes dans Budapest.

« Le fait que les affiches soient toujours présentes en certains endroits est un problème technique lié à la manière dont l’agence contractante peut vendre les espaces publicitaires, peut-on lire dans le communiqué. Le gouvernement n’est pas impliqué dans l’affichage et l’enlèvement des affiches. Ce n’est pas notre problème. »

Le communiqué se poursuit en affirmant que le gouvernement hongrois est « l’un des gouvernements européens qui a fait le plus pour combattre l’antisémitisme », et promet de protéger sa communauté juive locale.

Une affiche anti-Soros avec une croix gammée, et le nom de Soros remplacé par celui de Viktor Orban, à Budapest, le 17 juillet 2017. (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israël)

Une affiche anti-Soros avec une croix gammée, et le nom de Soros remplacé par celui de Viktor Orban, à Budapest, le 17 juillet 2017. (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israël)