Plusieurs milliers de personnes ont participé dimanche à Budapest à l’annuelle « Marche pour la Vie » commémorant l’Holocauste, où le président du Congrès juif mondial Ronald Lauder a dénoncé le parti d’extrême-droite Jobbik, le qualifiant « d’extrémiste ».

Plus de 10 000 personnes, selon un photographe de l’AFP, ont participé à cette marche, la 13e organisée, alors que l’on célèbre cette année les 70 ans de la fin de la Seconde guerre mondiale lors de laquelle environ 600 000 juifs hongrois ont péri.

« Cette marche est dédiée à toutes ces personnes, les familles, leurs proches, leurs amis qui n’ont pas survécu à l’Holocauste mais aussi à ceux qui ont réussi », a indiqué à l’AFP Erzsi Molnar, un enfant de survivants aujourd’hui âgé de 50 ans.

Seulement près de 100 000 juifs hongrois ont survécu à la Shoah, la plupart d’entre eux à Budapest.

La marche de cette année s’est déroulée dans un contexte où le soutien au parti Jobbik, souvent accusé d’antisémitisme, est de plus en plus important, en faisant dans les sondages la deuxième formation du pays après le parti Fidesz du Premier ministre conservateur Viktor Orban.

Le Jobbik est « un parti extrémiste qui promeut la haine », a affirmé le président du Congrès juif mondial Ronald Lauder à la fin de la marche.

« Jobbik peut penser que ses membres sont de vrais Hongrois qui tentent de sauver la Hongrie, mais Jobbik fait du tort à la Hongrie », a-t-il ajouté.