Le directeur de cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait dit aux habitants de l’avant-poste illégal d’Amona, en Cisjordanie, qu’ « ils doivent baisser la tête devant Netanyahu, qui a sauvé l’implantation », suite à des plaintes de ces mêmes habitants. Ils affirment qu’un compromis signé avec le gouvernement pour empêcher le démantèlement de l’avant-poste n’a pas été mis en place.

L’avant-poste de Cisjordanie, qui a été construit sur des terrains palestiniens privés et devait être démolie, selon une ordonnance de la Haute cour de justice, avant le 25 décembre 2016, sera finalement évacué le 8 février. Les habitants d’Amona ont signé un accord avec le gouvernement, qui permet à 24 des 41 familles de l’avant-poste d’être déplacée sur un terrain adjacent de la même colline, et aux autres d’emménager dans l’implantation voisine d’Ofra.

Le gouvernement devrait aussi étudier des solutions de logement permanent sur le terrain adjacent, selon l’accord.

Cependant, dans une lettre adressée vendredi matin au Premier ministre, les habitants d’Amona ont affirmé que le gouvernement n’avait pas encore commencé les travaux sur le nouveau site, avait manqué à sa parole selon laquelle il pouvait les laisser utiliser une parcelle, et avait agi de manière inadéquate dans la nomination d’un chef de projet.

Ils ont aussi remis en cause la volonté de Netanyahu de tenir les promesses faites.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux, à Jérusalem, le 1er janvier 2017. (Crédit : Alex Kolomoisky/Pool)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux, à Jérusalem, le 1er janvier 2017. (Crédit : Alex Kolomoisky/Pool)

Pendant une réunion organisée la semaine dernière à laquelle assistait Tal Gan Zvi, le directeur de cabinet de Naftali Bennett, ministre de l’Education, Yair Hirsch, directeur de cabinet d’Ayelet Shaked, ministre de la Justice, Avi Roeh, président du conseil de Yesha, qui représente les habitants d’implantations, et des représentants d’Amona, Yoav Horovitz, directeur de cabinet de Netanyahu, aurait réprimandé les habitants de l’avant-poste, qui n’ont pas assez apprécié le travail du Premier ministre pour eux.

« Nous travaillons nuit et jour. Le Premier ministre dédie 60 % de son temps au problème d’Amona. Lui et toute son équipe s’occupent de ça la majorité du temps », a déclaré Horovitz selon le site d’information Ynet.

« Vous devez baisser la tête devant Netanyahu, qui a sauvé l’implantation », a-t-il ajouté.

Les propos d’Horovitz auraient été une réponse directe aux accusations des habitants d’Amona soulevées pendant la réunion, sur l’échec du gouvernement à honorer l’accord signé le 18 décembre.

Selon les médias, Horovitz a déclaré que le report était dû à des problèmes juridiques pour l’utilisation de la parcelle de terrain adjacente.

L’association anti-implantations Yesh Din, qui est à l’origine de la première présentation du dossier d’Amona à la Cour, a confirmé dimanche avoir présenté à l’Administration civile de Cisjordanie son opposition à la proposition. Elle affirme que les terrains prévus pour le relogement des habitants d’Amona sont également des terrains privés palestiniens.

Des activistes se préparent à résister à l'évacuation de l'avant-poste d'Amona, en Cisjordanie, le 14 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des activistes se préparent à résister à l’évacuation de l’avant-poste d’Amona, en Cisjordanie, le 14 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un porte-parole de l’ONG a déclaré au Times of Israël que, même s’il n’avait pas de confirmation officielle, il semblerait que le gouvernement soit revenu sur son projet.

Un porte-parole du bureau du procureur général, qui avait initialement proposé ce projet pour déplacer les habitants, a déclaré ne pas avoir été informé de l’abandon de la proposition.

Pendant la réunion, Avi Roeh, le président du conseil de Yesha, a également cité l’absence de progrès sur la mise en place de l’accord, affirmant que « c’est seulement si une équipe de travail est nommée que le projet pourrait réellement avancer. »