Le ministre italien des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, a commencé sa première visite en Israël.

Lors de la réunion, la ministre-adjointe israélienne des Affaires étrangères, Tsipy Hotovely, a accueilli le ministre Hotoveli en ces termes :

« Je suis heureuse de vous recevoir pour votre première visite dans notre pays, et je vous souhaite beaucoup de visites en Israël », a commencé la diplomate israélienne qui s’est félicitée « des excellentes relations entre nos deux pays ».

La ministre-adjointe a abordé l’initiative française en affirmant que les actions unilatérales de ce type n’aident pas l’objectif escompté. « Israël est opposé à l’initiative française et la considère comme un obstacle à tout dialogue direct », a-t-elle déclaré.

Lors de la réunion, l’intention de pays européens, dont l’Italie, de favoriser l’étiquetage des produits de Cisjordanie a également été évoquée :

Israël voit dans l’étiquetage des produits une étape vers des sanctions contre Israël, les activités de ce genre ne peuvent pas promouvoir le processus de paix et le dialogue direct mais les éloignent. »

Tsipy Hotovely a également abordé la dernière attaque en date contre une soldate israélienne, la nuit dernière :

« Vous ne pouvez pas parler de paix d’une part et d’autre part continuer à inciter au terrorisme ; nous assistons à une vague croissante du terrorisme en Judée-Samarie et nous n’entendons pas de condamnation de la part de Mahmoud Abbas.

A l’issue de la rencontre, la ministre-adjointe Hotovely s’est rendue à Yad Vashem en compagnie du ministre italien des Affaires étrangères.

Hotovely a exprimé sa gratitude pour l’engagement du Premier ministre italien Matteo Renzi pour l’enseignement de la Shoah en Italie.

Le ministre des Affaires étrangères italien a ensuite rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahu.