La résolution de l’ONU contre les implantations israéliennes a renforcé les pressions sur la Fifa pour qu’elle prenne des mesures contre les clubs de football israéliens évoluant en Cisjordanie, a indiqué jeudi l’ONG Human Rights Watch (HRW).

Selon HRW, une ONG américaine, cette résolution accroit les pressions sur la Fédération internationale de football (Fifa) qui doit se prononcer le mois prochain sur le sort de six clubs d’implantations israéliennes.

Ces six équipes évoluent dans plusieurs ligues israéliennes. Selon les groupes de défense de droits de l’Homme, la participation de ces clubs à ces compétitions constitue une violation du droit international.

« La résolution de l’ONU rend beaucoup plus difficile pour la Fifa de prétendre qu’autoriser des clubs israéliens à jouer dans des colonies est acceptable », a affirmé à l’AFP Sari Bashi, une responsable de HRW.

« La résolution statue clairement que les colonies n’ont pas de validité » juridique, a-t-elle affirmé ce qui doit inciter les Etats et les organismes internationaux tels la Fifa à « établir une distinction entre Israël et les territoires occupés ».

La Fifa devait statuer sur les six clubs en octobre, mais elle a reporté sa décision à la prochaine réunion de sa direction les 9 et 10 janvier.

Les Fédérations israélienne et palestinienne de football sont membres de la Fifa.

Sari Bashi a souligné que les dirigeants de la Fifa ont qualifié dans le passé la Cisjordanie de territoire « disputé » alors que la résolution de l’ONU parle clairement d’un territoire occupé par Israël.

« Cette résolution va rendre plus difficile pour la Fifa de continuer à prétendre qu’elle s’abstient de faire de la politique en autorisant les clubs des colonies à continuer à jouer », a-t-elle affirmé.

L’Association israélienne de football a accusé les Palestiniens d’entraîner le sport « du terrain de football sur celui de la politique ».