De l’avis de certains musulmans chiites, le centre médical Barzilai situé à Ashkelon, abriterait des reliques de Hussein ibn Ali, petit-fils du prophète Mahomet. Sa tête aurait été enterrée dans un tombeau suite à son décès au cours d’une bataille.

Une cinquantaine de pèlerins chiites a été aperçue en train de prier et de chanter à proximité de cet hôpital, plutôt réputé pour traiter les blessés du conflit à Gaza.

Le Sheikh Moiz Tarmal, a déclaré à Reuters que ce rassemblement a lieu en mémoire de Hussein qui est considéré comme un martyre. « Nous pensons que si nous prions ici, Dieu nous écoutera. »

Le meurtre de Hussein, au 7e siècle de notre ère, au cours de la bataille de Karbala a aggravé les divisions qui existent entre sunnites et chiites.

Cette opposition se manifeste encore particulièrement aujourd’hui dans le conflit en Irak et en Syrie.

Si de nombreux chiites croient que le corps de Hussein a été enterré près du lieu de son décès à Karbala dans l’Irak actuel, d’autres soutiennent que sa tête a été cachée par des sunnites à Ashkelon, au cours du 10e siècle.

Parmi ceux qui soutiennent cette seconde hypothèse, figurent les membres de la secte chiite Dawoodi Bohra. Avec près d’un million d’adeptes à travers le monde, certains de ses membres viennent chaque année en pèlerinage devant le tombeau de marbre situé sur un talus herbeux au sein du campus de Barzilai.

Moshe Hananeel, un chercheur israélien qui facilite l’organisation de ces visites à Barzilai, a récemment déclaré qu’un certains nombre de ces pèlerins viennent de pays qui ne reconnaissent pas Israël. « Leur entrée est approuvée à l’avance, » explique-t-il, refusant cependant de nommer les pays concernés.

« Voici l’une des absurdités du Moyen-Orient. Nous avons ici un lieu sacré pour les musulmans, pour les musulmans chiites en particulier, et d’autre part à 12 km plus au sud, nous avons d’autres musulmans qui tirent des roquettes sur nous », confie le directeur-adjoint de l’hôpital, le Dr Ron Lobel.