Il n’y avait pas d’enquête ouverte contre Ephraim Bracha
Rechercher

Il n’y avait pas d’enquête ouverte contre Ephraim Bracha

Le chef de l’unité des fraudes de la police a attenté dimanche à sa propre vie, à la suite d'allégations de corruption

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Ephraim Bracha arrive à la Cour suprême à Jérusalem en 2014  (Crédit photo: Hadas Parush / Flash90)
Ephraim Bracha arrive à la Cour suprême à Jérusalem en 2014 (Crédit photo: Hadas Parush / Flash90)

Le ministère de la Justice a blanchi dimanche le chef de l’unité des fraudes de la police de tout acte répréhensible, quelques heures après qu’il se soit suicidé à la suite d’allégations de corruption.
 
Ephraim Bracha a attenté a sa propre vie dimanche matin, quelques jours après qu’un site israélien d’information l’ait accusé d’avoir accepté des pots du rabbin populaire Yoshiyahou Pinto, lequel a été condamné en mai à un an de prison pour corruption.

Le ministère de la Justice a rejeté dimanche soir les allégations selon lesquelles Bracha avait accepté des pots de vin du célèbre rabbin les qualifiant de « mensonges et de fausses informations. »

Ephraim Bracha âgé de 55 ans a été trouvé dans son véhicule près de son domicile à Modiin, tué par balle qu’il se serait tirée lui-même. Il laisse derrière lui une épouse et quatre enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...