La communauté juive d’Egypte ne compte plus que 12 membres. C’est ce qui reste d’une communauté qui renfermait presque 100 000 âmes dans les années 1950, indique la dirigeante de la communauté.

Lors d’une interview accordée à la BBC et diffusée le 18 septembre, la présidente de la communauté juive a déclaré « nous mourons, nous nous noyons, nous sommes finis ».

Haroun a expliqué à la BBC que sa « première obligation est de prendre soin des personnes » de la communauté, « des vieilles dames qui n’ont personne et qui sont seules ».

« Et ma deuxième obligation, la plus importante, est de faire en sorte que ces choses ne meurent jamais », précise-t-elle en indiquant les objets religieux utilisés pour les rituels.

La plupart des Juifs ont fui l’Egypte entre les années 1950 et 1960 lorsque l’Egypte et Israël étaient en conflit et que l’on accusait les Juifs d’être des espions d’Israël.

Haroun a été élue présidente de la communauté juive en avril 2013 à la suite du décès de Carmen Weinstein.

A cette époque, il y avait à peu près 40 Juifs en Egypte, pour la plupart des femmes âgées qui vivaient au Caire ou à Alexandrie.

Son père, Chehata Haroun, était un politicien nationaliste connu pour ses positions antisionistes.