Le 11e concours international de piano d’Orléans, consacré au répertoire pianistique de 1900 à nos jours, a couronné l’Israélien Imri Talgam, samedi soir, à l’issue de la finale.

Le jury, présidé par la pianiste et compositrice argentine Alicia Terzian lui a décerné le grand prix Blanche Selva, ainsi que deux autres prix.

Il a également largement distingué la pianiste française Aline Piboule en lui décernant cinq prix, dont celui de la Sacem qui récompensait la meilleure interprétation de l’oeuvre de musique de chambre créée en finale, Lichen, commandée au compositeur Jérôme Corbier, et accompagnée par l’ensemble Cairn.

La troisième finaliste, la jeune allemande Kathrin Isabelle Klein, a obtenu deux prix.

Le concours s’est déroulé du 7 au 15 mars à Orléans et a réuni 22 candidats. Au total, le jury a décerné une quinzaine de prix. Les lauréats se produiront en concert le 24 mars avec l’ensemble Cairn au théâtre des Bouffes du Nord à Paris.

Fondé en 1994 par Françoise Thinat, pianiste et professeur à l’École normale de musique de Paris, le concours international de piano d’Orléans, qui se déroule tous les deux ans, a permis de révéler de nombreux talents comme Toros Can, Winston Choï, Christopher Falzone et de diffuser le répertoire contemporain pour piano.