Trois diplomates israéliens sont impliqués dans une violente altercation avec des membres des services d’immigration à l’aéroport de New Dehli, samedi.

La police indienne a ouvert un dossier pénal contre les trois membres du personnel de sécurité, malgré leur immunité diplomatique, a indiqué un officier lundi. Les trois employés du ministère des Affaires étrangères auraient blessé un responsable de l’immigration de l’aéroport, selon le dossier.

D’après les médias, les diplomates étaient mécontents en raison du temps d’attente des files à l’immigration, lors d’un déplacement de Dehli à Katmandou.

« Ils n’arrêtaient pas de se disputer avec le responsable indien au guichet d’accueil de l’immigration. Une fois leurs papiers en ordre, ils auraient insulté le responsable et se seraient jetés sur lui quand il s’est plaint, » a indiqué le commandant adjoint de la police indienne, M. I. Haider à l’AFP.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Yigal Palmor a confirmé au quotidien Haaretz que l’incident impliquait des personnes en possession de passeports diplomatiques. Il n’a cependant pas révélé leurs noms ni leurs statuts.

Le quotidien The Times of India, le premier à relater des faits, a qualifié les Israéliens de « diplomates débutants. » Selon le quotidien indien, les Israéliens ont attaqué l’officier, l’accusant de ralentir leur passage de manière intentionnelle. Un diplomate aurait giflé le responsable alors que ses collègues lui donnaient des coups.

Le trio n’a pas été arrêté en raison de leur immunité diplomatique, mais la police a ouvert un dossier contre eux. Les images des caméras de surveillance seraient utilisées pour soutenir le dossier, a indiqué Haider.

La police doit enquêter malgré l’immunité diplomatique, et le dossier sera transmis au ministère indien des Affaires étrangères avant que les diplomates puissent être accusés, a-t-il ajouté.

« Comme le veut la loi, nous avons ouvert le dossier. C’est au ministère des Affaires étrangères de suivre la réglementation diplomatique et les formalités. Ils pourront en juger. »

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères n’était pas disponible pour faire des commentaires.

« Après plusieurs heures d’enquête, tous les détenus ont été relâchés sans plainte déposée contre eux, » a affirmé Palmor.

Un attaché de presse à l’ambassade israélienne de New Delhi a indiqué que l’ambassade menait son enquête et n’était pas prête à faire de commentaire pour le moment.

Un responsable israélien a révélé au quotidien Haaretz que « chaque partie affirme que l’incident a été déclenché par l’autre côté. » Pour l’instant, les deux parties semblent vouloir minimiser l’affaire.