« Le système de santé israélien souffre actuellement d’un grave manque d’infirmières, tant dans les hôpitaux que dans les caisses d’assurance-maladie, » explique Ariel Kandel, directeur de l’association Qualità, ex-directeur de l’Agence juive française, à Actuj.

D’autre part, ajoute-t-il, l’association Qualità a déjà recensé « au moins une centaine de cas d’infirmières françaises qui se trouvent déjà en Israël ou qui ont ouvert des dossiers d’alyah et qui ne peuvent exercer leur métier ici ».

A ce jour, les infirmières étrangères doivent passer l’examen final auquel sont soumises les étudiantes infirmières israéliennes, alors qu’elles peuvent exercer dans toute l’Europe et au Canada, précise Kandel.

Qualità milite aujourd’hui pour que les infirmières justifiant d’une certaine expérience soient dispensées de l’examen d’équivalence « avec une période probatoire ».

Afin d’attirer l’attention du public, l’association avait récemment lancé une pétition pour sensibiliser le gouvernement à la question.