L’envoyé spécial de Paris Pierre Vimont a été chargé par le gouvernement français de travailler sur le terrain à la réalisation, d’ici à l’été, du projet français de conférence internationale pour relancer l’effort de paix moribond entre Israéliens et Palestiniens.

M. Vimont, ancien ambassadeur français aux Etats-Unis et secrétaire général exécutif de la diplomatie de l’Union européenne, a rencontré lundi le directeur général du ministère des Affaires étrangères israélien Dore Gold.

Côté palestinien, il s’est entretenu mardi à Ramallah, en Cisjordanie, avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le ministre des Affaires étrangères Riyad al-Maliki et le numéro deux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) Saëb Erekat.

« Les idées françaises arrivent à temps, sont réalistes et sont la seule proposition existante », a dit M. Erakat qui a participé à toutes les discussions de paix depuis 1991. M. Vimont a participé à une brève séance de photos, mais ne s’est pas exprimé à l’issue de leur rencontre.

« Les Français n’essaient pas de réinventer la roue, ils disent : ‘nous voulons sauver la solution à deux Etats' » israélien et palestinien, coexistant en paix, a poursuivi M. Erekat.

« Personne n’a plus à gagner que les Palestiniens au succès de l’initiative française, et personne n’a plus à perdre que les Palestiniens », a-t-il dit.

Les Palestiniens disent soutenir l’initiative française depuis que l’ancien ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a relancé le projet de conférence internationale en janvier.

Israël rejette toute ingérence et réclame la reprise de négociations directes.

Lors de leur rencontre « à la demande de l’envoyé français », le directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères a « tenté de comprendre la logique de l’initiative » française, a indiqué le porte-parole du ministère israélien Emmanuel Nahshon.

« La partie israélienne a insisté sur l’importance de négociations directes, bilatérales, sans condition préalable », a-t-il ajouté.