Intel a promis de dépenser au moins 550 millions de dollars en Israël au cours des cinq prochaines années.

La somme fait partie d’un engagement de l’entreprise à investir un total de 6 milliards de dollars dans la modernisation de son usine de Kiryat Gat pour la fabrication de nouvelles puces de prochaine génération. L’accord a été annoncé conjointement dimanche par Intel et par l’Autorité de Coopération Industrielle du ministère de l’Economie .

Les 550 millions de dollars font partie d’une convention d’achat compensatoire d’Intel avec l’Etat, lequel accorde à la société des subventions jusqu’à 600 millions de dollars sur les cinq prochaines années ainsi qu’un allègement fiscal majeur jusqu’en 2023.

Intel recevra deux subventions de 300 millions de dollars qui s’étaleront sur cinq années budgétaires.

Plus important encore, Intel n’aura à payer, jusqu’en 2023, un impôt sur les sociétés que de 5 % [le taux normal de l’impôt sur les sociétés en Israël est actuellement de 26,5 %]. En contrepartie, Intel s’engage à embaucher au moins 1 000 nouveaux employés, dont au moins la moitié devront être des résidents des communautés du sud d’Israël. En outre, la société a promis de dépenser au moins 550 millions de dollars sur la période.

Certains pourraient remarquer qu’Intel s’engage à dépenser presque toutes les subventions directes qu’elle reçoit du gouvernement, mais les fonctionnaires du ministère de l’Economie ont été enthousiasmés par les avantages de l’accord pour l’économie israélienne.

« Cet accord aura un effet très positif sur des centaines de petites entreprises et sur les fournisseurs », a déclaré Ziva Eiger, directrice des investissements à l’Autorité de coopération industrielle.

Et celle-ci d’ajouter : « Les accords de compensation de ce genre sont des plates-formes pour tirer partie des dépenses publiques au profit de l’économie israélienne, pour la formation et pour encourager l’expansion des petits fournisseurs pour le marché local et mondial, mais aussi pour renforcer l’image de marque d’Israël comme un endroit attrayant pour les investissements étrangers. »

« À la suite de cet accord, les Israéliens peuvent s’attendre à la création de milliers de nouveaux emplois », a assuré Eiger.

En outre, estime Mooly Eden, vice-président d’Intel international et chef de la direction d’Intel Israël, de tels accords sont très fréquents entre les pays – comme Israël et l’Irlande, qui étaient en concurrence pour cet appel d’offres d’Intel.

« Le gouvernement ici, comme les gouvernements partout dans le monde, connait les règles du jeu », et les emplois qui sont générés par les investissements dans les centres de développement profitent à Israël – surtout quand il s’agit d’Intel.

Eden a déclaré dans une récente interview qu’ « au cours des années, Intel a investi 10,8 milliards de dollars en Israël. L’année dernière, Intel Israël était responsable de plus de 9 % des exportations de haute technologie d’Israël, représentant la moitié du total des exportations, à l’exception des diamants ».

Intel emploie déjà directement quelque 10 000 employés en Israël, et selon la société, est responsable d’un « effet multiplicateur » dans l’embauche, avec plus de 30 000 Israéliens travaillant dans des entreprises qui lui fournissent des produits et services, a-t-il ajouté.

Selon Maxine Fassberg, directrice générale d’Intel Israël, « l’accord entre l’entreprise et l’Autorité de Coopération Industrielle est la claire expression de la contribution supplémentaire d’Intel à l’économie d’Israël, et au développement de nouveaux produits technologiques en Israël encouragé par la société ».

Intel travaille avec un grand nombre de fournisseurs dans le sud d’Israël, « ce qui contribue à renforcer l’économie là-bas aussi », a-t-elle ajouté.