Le président LREM de l’Assemblée nationale, François de Rugy, a jugé jeudi « regrettable » la décision des autorités israéliennes de « fermer la porte à une délégation parlementaire », estimant qu’il « serait mieux » qu’elles révisent leur position.

Les autorités israéliennes avaient indiqué lundi qu’elles refuseraient l’entrée sur leur territoire à des élus du Parti communiste et de La France Insoumise, dont quatre députés, qui souhaitaient se rendre en Israël et dans les Territoires palestiniens pour rencontrer le terroriste palestinien emprisonné Marwan Barghouti et Salah Hamouri, un autre terroriste franco-palestinien pour, selon eux, « alerter sur la situation des près de 6 000 prisonniers politiques palestiniens ».

« Je crois que c’est regrettable, en effet, qu’un État ait fermé la porte à une délégation parlementaire, quelles que soient les intentions de cette délégation parlementaire », a-t-il déclaré lors de l’émission « Questions d’info » LCP-franceinfo-Le Monde-AFP.

Demande-t-il aux autorités israéliennes de revenir sur leur décision ? « Je pense en effet que ce serait mieux », a répondu M. de Rugy.

« Israël est une grande démocratie par ailleurs, il y a un Parlement en Israël dans lequel il y a des débats très vifs et avec des représentants, y compris de ceux qu’on appelle les Arabes israéliens, qui donc ont leurs députés », a-t-il poursuivi, souhaitant donc « qu’il puisse y avoir des députés français qui puissent se rendre sur place ».

« Dans l’histoire des relations entre la France, Israël et les Territoires palestiniens, il y a toujours eu des délégations parlementaires qui se sont rendues et en Israël et en Palestine », a-t-il assuré.