Quelques jours après les explosions entendues près d’Eilat, provoquées par deux projectiles tirés accidentellement par la batterie antimissile Dôme de fer, les Gardiens de la révolution ont lancé ironiquement jeudi que le système antiroquettes israélien constituait un danger pour l’Etat hébreu.

Les mollahs iraniens ont moqué ses « piètres » capacités technologiques, selon l’agence de presse Fars.

« Cela démontre que non seulement le Dôme de fer est incapable d’assurer la sécurité des occupants, mais également que le système lui-même constitue une menace sérieuse pour les sionistes », a déclaré sarcastiquement le général Ramezan Sharif, qui gère les relations publiques du pays.

Le raté de mardi « prouve une nouvelle fois la faiblesse du Dôme », a-t-il ajouté.

Yadollah Javani, conseiller auprès des Gardiens de la Révolution, a fait écho aux déclarations de Sharif affirmant que l’incident « a embarrassé les sionistes, car ils n’ont aucun lieu sécurisé dans les territoires occupés maintenant ».