TORONTO – Irwin Cotler, député canadien juif, a exprimé sa satisfaction pour avoir été interdit par la Russie.

Cotler figure parmi les 13 Canadiens se trouvant sur la liste noire publiée lundi.

« Je porte mon exclusion de la Russie comme un insigne d’honneur et je suis fier d’être en si bonne compagnie, » a écrit Cotler, dans un communiqué. « Je n’ai pas l’intention de visiter la Sibérie. Je n’ai pas d’investissements à Sotchi. Je n’ai aucune envie de se rendre à Moscou. »

Ce n’était pas la première fois que Cotler – qui a pris de l’importance sur le devant de la scène des droits de l’Homme, en représentant les refuzniks juifs de l’ère soviétique – se voyait interdire de franchir le sol russe.

Il a été expulsé de l’Union soviétique en 1979 tout en continuant de revendiquer des droits en faveur des prisonniers politiques, dont Natan Sharansky.

Cotler a déclaré que la liste noire « m’inspire à redoubler mes efforts pour faire avancer la cause des droits de l’Homme pour tous. »

« Je suis solidaire du peuple russe et de ceux qui luttent pour les droits de l’Homme et la démocratie. Leur jour viendra et [le président Vladimir] Poutine ne sera pas plus », a-t-il dit.

Cotler soupçonne que l’interdiction est due au projet de loi concernant Sergueï Magnitski, qui était comptable et commissaire aux comptes à Moscou.

Il avait découvert un système de corruption et avait témoigné contre plusieurs hauts fonctionnaires russes, selon le Huffington Post. Magnitski a ensuite été emprisonné et est décédé en prison en 2009 à l’âge de 37 ans.

Cotler préside un groupe interparlementaire du nom de Magnitski et le qualifie de « drapeau rouge » pour la Russie.