La marine israélienne a intercepté mercredi matin en mer Rouge un navire transportant « une cargaison iranienne d’armes sophistiquées » destinées à des groupes armés palestiniens dans la bande de Gaza, a annoncé le porte-parole de l’armée israélienne.

« Lors d’une opération complexe et secrète de la marine israélienne aux premières heures ce matin, les forces israéliennes ont arraisonné dans les eaux internationales entre le Soudan et l’Erythrée un cargo qui transportait une cargaison d’armes iraniennes à destination de la bande de Gaza », a indiqué le porte-parole, Peter Lerner.

Les soldats commandos israéliens de l’unité Shayetet 13 ont pris le contrôle du navire marchand Klos-C, aux alentours de 5 heures du matin.

Le navire marchant naviguait sous les couleurs du drapeau du Panama.

L’armée n’a rencontré aucune résistance et aucun incident n’a été signalé des deux côtés. Elle a procédé à une inspection du navire marchand et a trouvé des missiles d’une portée de 200 km. 

L’incident a eu lieu à 1 500 kilomètres des côtes israéliennes, près de la frontière soudano-érythréenne. Israël avait fait suivre le bateau plusieurs semaines avant de lancer l’opération.

Le bateau comptait un équipage de 17 membres, qui ont été interrogés par les forces de sécurité israéliennes.

Il aurait pris la mer depuis l’Iran il y a 10 jours et devait atteindre le Soudan demain, d’où les armes auraient été acheminées vers Gaza.

L’armée a affirmé que le bateau était remorqué vers Eilat. Le trajet devrait prendre plusieurs jours. Une fois arrivée, la cargaison sera inspectée en détails.

Le chef d’état-major de l’armée Benny Gantz a supervisé en personne l’opération et le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été informé de son déroulement en temps réel pendant sa visite aux Etats-Unis.

Netanyahu a félicité Gantz et le chef du Mossad Tamir Pardo pour leur travail efficace. « Je voudrais féliciter l’armée, les services de renseignement et, bien entendu, les commandants et les soldats du navire qui ont mené à bien l’opération d’une manière irréprochable », a déclaré le Premier ministre.

« Tout en menant des pourparlers avec les puissances [mondiales], où les sourires et les échanges de civilité sont de mise, l’Iran fait parvenir des armes létales à des organisations terroristes… afin de frapper des civils innocents », a-t-il ajouté.

« Voilà le vrai visage de l’Iran. Ce pays ne doit pas être autorisé à posséder des armes nucléaires. Nous continuerons à faire tout le nécessaire pour protéger les citoyens israéliens. »

Le lieutenant-colonel Peter Lerner a affirmé que « Tsahal continuera ses opérations contre les tentatives iraniennes d’armer des organisations terroristes régionales, qui cherchent en permanence à mettre le feu à nos frontières. Nous continuerons d’employer tous les moyens nécessaires pour empêcher l’armement d’organisations terroristes et combattrons la contrebande iranienne qui menace la sécurité et la souveraineté de l’Etat d’Israël. »

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a annoncé que la cargaison interceptée exportait le terrorisme « dans le but déclaré de déstabiliser le Moyen Orient. »

« La tentative iranienne de faire passer des armes vers la bande de Gaza est une preuve de plus que Gaza est une entité terroriste sous les auspices de l’Iran, qui se prépare à une frappe en profondeur contre Israël. »

En raison d’un conflit salarial en cours au ministère des Affaires étrangères, Israël ne déposera pas de requête devant les Nations unies concernant la cargaison iranienne.

L’armée a fait remarquer qu’il ne s’agissait pas de la première cargaison d’armes iraniennes interceptée par Israël au cours des dernières années, mais que son « caractère létal et sophistiqué » la rendait spécifique. Si les précédents navires transportaient des mortiers, des roquettes de moyenne-portée et des munitions pour armes légères, la cargaison comprenait des missiles d’une portée bien supérieure et des ogives avec des charges bien plus lourdes, dont des missiles M-302.

Les missiles syriens M-302 syriens ont été utilisés par le Hezbollah lors de la deuxième guerre du Liban pour frapper les villes de Haïfa et d’Afula, a précisé l’armée.

En mars 2011, des commandos de la marine ont arrêté le navire de services  « Victoria », qui se dirigeait vers l’Egypte depuis la Syrie. Une fois à bord, ils ont découvert 50 tonnes d’armement iranien.

En janvier 2009, des armes iraniennes ont également été trouvées à bord du navire marchand chypriote « Monchegors ». La même année, l’armée israélienne a découvert 500 tonnes d’armes, dissimulées dans une trentaine de caisses, sur le « Francop ».

En 2002, 50 tonnes d’armes en provenance d’Iran et à destination de Gaza ont été interceptées à bord du « Karine-A ».

Avec AFP