Israël annonce 3 000 logements en Cisjordanie
Rechercher

Israël annonce 3 000 logements en Cisjordanie

Netanyahu et Liberman ont approuvé les constructions, y compris en dehors des grands blocs d'implantations, et affirment qu'Israël "retourne à la normale" en Cisjordanie

Coucher de soleil sur les travaux de construction dans le quartier juif de Ramat Shlomo, à Jérusalem Est, le 21 novembre 2016. (Crédit : Sebi Berens/Flash90)
Coucher de soleil sur les travaux de construction dans le quartier juif de Ramat Shlomo, à Jérusalem Est, le 21 novembre 2016. (Crédit : Sebi Berens/Flash90)

Alors que l’évacuation de l’avant-poste d’Amona semble imminente, Israël a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi la construction de 3 000 logements en Cisjordanie, quatrième annonce du genre en moins de deux semaines depuis l’investiture du président américain Donald Trump.

« Le ministre de la Défense Avigdor Liberman et le Premier ministre Benjamin Netanyahu ont décidé d’autoriser la construction de 3 000 nouvelles unités d’habitation en Judée Samarie », nom biblique de la Cisjordanie, a annoncé le ministère de la Défense dans un communiqué.

Ces logements seront répartis entre Alfei Menashe (700 logements), Beitar Illit (650 logements), Beit Arye (650 logements), Nofim (200 logements), Nokdim, où habite Liberman (150 logements), Shilo (100 logements, Karnei Shomron (100 logements) et Metsudot Yehuda (100 logements).

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le chef du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman après la signature de l'accord de coalition, à la Knesset, le mercredi 25 mai 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le chef du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman après la signature de l’accord de coalition, à la Knesset, le mercredi 25 mai 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Depuis la prestation de serment de Trump, Israël a donné son feu vert définitif à la construction de 566 logements dans trois quartiers de Jérusalem Est, et annoncé la construction de 2 502 logements en Cisjordanie.

Ces 2 502 logements seront principalement situés dans les grands blocs d’implantations, qui devraient rester sous souveraineté israélienne dans le cadre d’un accord de paix avec des échanges de territoires.

La location, la taille et le périmètre précis de ces blocs n’ont cependant jamais été définis entre Israéliens et Palestiniens.

Jeudi dernier, la municipalité de Jérusalem a donné son accord final à 153 nouvelles unités d’habitation, gelées selon elle sous les pressions de l’administration Obama.

« Nous construisons et nous continuerons à construire », a promis le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui ne cache pas que la présidence Trump représente une « chance formidable » après les « pressions énormes » de l’administration Obama sur les implantations et l’Iran.

Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à New York, le 25 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le candidat républicain à l’élection présidentielle américaine Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à New York, le 25 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

« Nous entrons dans une période nouvelle de retour à la normale [en Cisjordanie] et nous apportons la réponse qui convient aux besoins quotidiens de la population », a déclaré dans le communiqué de ses services le ministre de la Défense, qui exerce son autorité sur le territoire.

Comme la précédente annonce en ce qui concerne la Cisjordanie, les 3 000 logements en sont à différents stades de la procédure.

Les avocats les plus ardents des implantations avaient vivement critiqué une annonce récente en faisant valoir qu’une partie des 2 502 logements appartenaient à des plans déjà rendus publics et qu’il s’agissait d’un tour de passe-passe pour réduire la pression de la droite.

La communauté internationale et les Palestiniens ne s’alarment pas moins de cette rafale d’annonces. Mais, tandis que l’administration Obama avait critiqué et tenté de freiner jusqu’au bout la construction dans les implantations, l’administration Trump s’est jusqu’à présent signalée par son silence.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...