Israël s’inquiète du bien-être des citoyens ukrainiens et espère que la crise sera résolue diplomatiquement, selon un communiqué publié mercredi par le ministère des Affaires étrangères.

C’est le premier communiqué de Jérusalem depuis le début de la crise.

« Israël suit avec attention les événements en Ukraine, souhaite vivement que la paix revienne pour tous ses citoyens et espère que la situation ne provoquera pas de nouvelles pertes en vie humaine. Israël espère que la crise en Ukraine sera traitée avec des moyens diplomatiques et résolue pacifiquement », peut-on lire.

Le communiqué ne fait pas directement référence au coup de force des troupes russes en Crimée.

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman, qui a immigré en Israël depuis la Moldavie, a tenté par le passé de rapprocher Jérusalem de Moscou. En 2011, il est apparu aux côtés du président russe Vladimir Poutine, juste après une élection contestée.

Liberman doit se rendre jeudi à Rome, où il rencontrera le secrétaire d’État américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Interrogé à la radio publique avant son départ, Liberman a de nouveau accusé les Palestiniens d’être ceux qui « sabordent les négociations » menées avec Israël sous le parrainage de Kerry. Il a toutefois souligné qu’il était « important de poursuivre les négociations et de gérer le conflit, même si on ne peut pas le régler ».

Sur le conflit ukrainien, si aucune ligne politique officielle n’avait été émise jusqu’à ce communiqué, l’Agence juive a affirmé fin février qu’elle fournirait une aide d’urgence aux Juifs d’Ukraine, à la lumière des troubles politiques agitant le pays.

Le chef de l’Agence juive Natan Sharansky a soutenu que l’organisation aiderait à protéger les institutions juives du pays et à lancerait une collecte de fonds destinée à renforcer la sécurité.

« Les événements récents montrent que nous devons renforcer les mesures de sécurité autour de ces institutions. Nous avons la responsabilité morale de garantir la sécurité des Juifs d’Ukraine », a défendu Sharansky.

L’Ukraine abrite une population d’environ 70 000 Juifs.

Quelque 330 000 juifs ukrainiens se sont installés en Israël depuis l’effondrement de l’Union soviétique dont 2 200 l’an dernier.

La crise ukrainienne, après un bain de sang et la fuite en Russie du président ukrainien Viktor Ianoukovitch, s’est transformée en confrontation inédite entre Moscou et les Occidentaux depuis la fin de la Guerre froide.

La Crimée, péninsule russophone du sud de l’ex-république soviétique, est contrôlée de facto depuis le 28 février par des soldats armés en uniformes identifiés par la population et les journalistes sur place comme appartenant aux forces russes.

Avec AFP