Les autorités de Jérusalem ont accordé des permis de construire pour 240 maisons à Jérusalem-Est mercredi, a indiqué le maire adjoint Meir Turgeman au Times of Israel.

La commission de Planification et de Construction de Jérusalem, présidée par Turgeman, a approuvé 90 unités dans le quartier de Gilo et 150 dans le quartier de Ramat Shlomo.

De plus, des permis de construire ont été accordés pour 44 unités pour les Arabes de Jérusalem-Est dans le quartier palestinien de Beit Hanina, a précisé Turgeman.

Les quartiers juifs de Jérusalem-Est ont connu une augmentation des autorisations de construction au cours des derniers mois.

A building site in the Gilo neighborhood in south Jerusalem, October 2, 2011. (photo credit: Uri Lenz / Flash90.)

Un chantier de construction dans le quartier de Gilo au sud de Jérusalem, le 2 octobre 2011 (Crédit : Uri Lenz / Flash90)

Israël a pris le contrôle de Jérusalem-Est pendant la guerre des Six Jours de 1967 et y a ensuite étendu sa souveraineté en 1980. Cette décision n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Les décisions israéliennes de construire à Jérusalem-Est entraînent systématiquement une condamnation internationale. Israël les rejette en affirmant que Jérusalem est la capitale indivisible de l’Etat juif.

L’approbation donnée par la municipalité mercredi étend une série de décisions israéliennes en faveur de la construction d’implantation.

Le mois dernier, la commission de Planification et de Construction a approuvé une expansion importante du quartier juif de Nof Zion à Jérusalem-Est, en signant le projet d’ajouter 176 maisons à ce quartier.

En permettant à Nof Zion d’ajouter les nouvelles unités à 91 maisons existantes, l’expansion créerait la plus grande enclave juive dans un quartier arabe de la ville, ont dénoncé les groupes de gauche.

Israël avait validé mi-octobre plus de 2 600 logements supplémentaires pour les résidents d’implantation en Cisjordanie

Toujours en octobre, la Première chaîne avait annoncé que le gouvernement prévoyait de construire quelque 10 000 nouvelles maisons pour les Juifs à Jérusalem-Nord, près de la ville arabe de Qalandiya, à quelques kilomètres au sud de Ramallah, capitale de facto de l’Autorité palestinienne.

Le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le Trésor aurait déjà alloué de l’argent pour développer le projet, a indiqué la chaîne à l’époque. Cependant, les spécialistes de la planification à Jérusalem ont déclaré au micro de la Première chaîne que ce n’était « rien de moins qu’un fantasme ».

Aucun nouveau quartier juif n’a été construit à Jérusalem depuis les années 1990.

Le rythme de la construction « n’a pas d’équivalent depuis 2000 », s’est félicité le ministre de la Défense Avigdor Liberman.

Les partisans d’une construction d’implantations débridée poussent le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à mettre à profit l’opportunité créée selon eux par l’accession de Donald Trump à la présidence, après les années de frustration de la présidence Obama.

« Aucun gouvernement n’a fait autant pour les implantations que celui que je dirige », a déclaré Netanyahu.