L’administration militaire israélienne en Cisjordanie a approuvé des plans de construction de plus de 2 000 logements dans des implantations de cette zone, a-t-on appris mercredi de source officielle.

Une commission du ministère de la Défense a approuvé des projets portant sur un total de 2 269 logements dans six implantations distinctes, a précisé à l’AFP le commandant Guy Inbar, porte-parole de l’administration militaire.

Selon l’organisation israélienne anti-implantations La Paix maintenant, cette commission a validé le 19 février, pour approbation ultérieure par le ministre de la Défense, 694 logements dans l’implantation de Leshem (nord), 290 à Beit El près de Ramallah, et 31 à Almog, dans la vallée du Jourdain (est).

Elle a également entériné des plans à un stade moins avancé pour 839 logements à Ariel, 350 à Shvut Rachel et 65 à Shavei Shomron, dans le nord de la Cisjordanie, selon La Paix maintenant, des informations confirmées par l’administration militaire israélienne.

« Chaque avancée des plans est une décision politique. Le ministre de la Défense Moshé Yaalon a pris la décision de les faire avancer », a souligné un porte-parole de l’ONG, Lior Amihaï, indiquant qu’il restait encore plusieurs étapes à franchir avant les mises en chantier.

Selon lui, le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu montre ainsi « une fois de plus qu’il n’a aucune intention de parvenir à un accord de paix et fait tout ce qu’il peut pour forcer le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à se retirer du processus » de négociations de paix.

Dans un rapport sur les « violations » des droits des Palestiniens par Israël depuis le début des négociations en juillet 2013 jusqu’au 16 mars, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a affirmé mardi qu’au cours de cette période, « 56 Palestiniens ont été tués » et que les travaux ont commencé sur « 10 509 unités de logement » dans les implantations.

Près de 375 000 Israéliens vivent dans des implantations de Cisjordanie, au milieu d’environ 2,7 millions de Palestiniens.

La communauté internationale considère les implantations comme illégales et comme un obstacle à la conclusion d’un accord de paix.