La police israélienne a arrêté mardi quatre personnes soupçonnées d' »actes de vandalisme raciste » dans le nord du pays, selon un porte-parole de la police.

« Quatre personnes soupçonnées d’actes de vandalisme raciste dans la ville de Yokneam ont été arrêtées et sont interrogées par la police et le Shin Bet », a affirmé à l’AFP, Micky Rosenfeld, un porte-parole de la police israélienne.

Un des suspects aurait selon les médias avoué avoir dessiné des graffitis à caractère raciste sur les murs d’une clinique dentaire de la ville de Yokneam appartenant à un dentiste druze.

Sous l’appellation du « Prix à payer », des colons extrémistes ainsi que des activistes d’extrême droite se livrent à des agressions contre des Palestiniens, des Arabes israéliens ou encore l’armée israélienne, en réaction à des décisions gouvernementales qu’ils jugent hostiles à leurs intérêts ou à des actes attribués à des Palestiniens.

Des attaques contre des sites chrétiens ont également augmenté ces dernières semaines, provoquant l’inquiétude de l’Eglise catholique en Terre sainte, à l’approche du pèlerinage historique du pape François à la fin du mois.