Les hommes palestiniens âgés de plus de 55 ans et les femmes de plus de 50 ans n’auront plus besoin d’un permis pour entrer en Israël depuis la Cisjordanie, a déclaré l’armée israélienne. Auparavant, depuis octobre, les hommes de moins de 60 ans devaient présenter un permis pour entrer en Israël.

Yoav Mordechai, le coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires, a annoncé une série de mesures israéliennes destinées à faciliter la vie des Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza.

À partir de dimanche, les travailleurs palestiniens pourront demander à entrer en Israël s’ils sont mariés et âgés de plus de 22 ans. Auparavant, seuls les ouvriers mariés âgés de plus de 24 ans et ayant des enfants recevaient des permis de travail de la part d’Israël.

Depuis octobre, l’armée israélienne a assoupli les mesures en Cisjordanie afin d’améliorer la qualité de vie des Palestiniens. Jusqu’alors, seuls les hommes de plus de 60 ans étaient autorisés à entrer en Israël sans permis.

Les nouvelles mesures en Cisjordanie complètent l’assouplissement des restrictions imposées par Israël à la bande de Gaza depuis huit ans. Les produits agricoles de Gaza ont été autorisés à entrer en Israël la semaine dernière, pour la première fois depuis la violente prise du Hamas en Juin 2007. L’année de shmita, au cours de laquelle la production agricole juive est traditionnellement réduite, a contribué à impulser ce mouvement, a expliqué Israël.

Un camion palestinien à Gaza (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Un camion palestinien à Gaza (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

« Pour la première fois en huit ans, nous avons permis à des produits agricoles de Gaza  d’entrer sur les marchés israéliens », a déclaré Mordechai à l’agence Maan ce jeudi.

Il a également ajouté que depuis l’été, Israël a autorisé l’entrée de 88 000 tonnes de matériaux de construction à Gaza, permettant à 57 000 habitants de la bande de reconstruire leurs maisons détruites lors de l’opération Protective Edge.

Selon l’organisation israélienne Gisha, qui surveille la liberté de mouvement à Gaza, Israël et la Cisjordanie représentaient 85% du marché d’exportation de Gaza avant 2007. En novembre 2014, Israël a autorisé la commercialisation en Cisjordanie des produits agricoles ainsi que des poissons et fruits de mer de Gaza.

« Gisha se félicite de ces mesures qui permettent l’accès au marché israélien pour les agriculteurs de Gaza », a fait savoir l’organisation dans un communiqué de presse.

« Mais elle avertit le lecteur qu’il reste encore beaucoup à faire pour assurer la véritable reprise de l’économie de Gaza, qui reste un objectif commun pour les tous les résidents de la région » nuance l’organisation. .