Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a reconnu mercredi qu’Israël était responsable de récentes attaques en Syrie. Il a déclaré qu’elles avaient pour objectif d’ « empêcher la contrebande d’armes sophistiquées, d’équipement militaire et d’armes de destruction massive entre la Syrie et le Hezbollah ».

Devant les représentants de l’Union européenne, Liberman n’a pas précisé à quel(s) incident(s) il faisait référence.

Mercredi matin, Israël a été accusé d’une frappe près d’un aéroport militaire de Damas, et la semaine dernière, des avions israéliens auraient frappé un entrepôt d’armes près de la capitale syrienne.

Le ministre de la Défense a également souligné qu’Israël n’était pas intéressé par une implication dans la guerre civile syrienne, mais qu’il défendrait ses citoyens et sa souveraineté.

« Quand on me demande, encore et encore, à quoi ressemblerait un futur accord avec la Syrie, je réponds que ma position est que quel que soit l’accord qu’il y aura en Syrie, les Iraniens et [le président syrien Bashar el-]Assad devront être sortis de Syrie et ne faire partie d’aucun accord », a déclaré Liberman.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman au Forum Saban, à Washington D.C., le 2 décembre 2016. (Crédit : autorisation)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman au Forum Saban, à Washington D.C., le 2 décembre 2016. (Crédit : autorisation)

Mercredi, la chaîne libanaise pro-Hezbollah Al Mayadeen a annoncé que des frappes israéliennes ont touché un important aéroport du régime militaire syrien près de Damas.

Selon la chaîne, les avions ont touché l’aéroport militaire de Mazzé vers 4h00 du matin. L’aéroport, qui se trouve à huit kilomètres au sud ouest de Damas, est le siège des redoutables services de renseignements de l’armée de l’air qui disposent là-bas d’une vaste prison.

D’autres médias arabes, comme al-Jazeera et al-Arabiya, ont confirmé qu’une large explosion avait eu lieu à l’aéroport. Certains affirment qu’un incendie a été déclenché par l’explosion d’un dépôt d’armes.

« A 03h00, l’ennemi israélien a tiré plusieurs missiles sol-sol à partir des territoires occupés », a indiqué l’agence de presse syrienne officielle Sana citant une source militaire. Elle a rapporté que l’attaque avait provoqué un incendie mais pas de victimes.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui s’appuie sur de nombreux informateurs à travers la Syrie, a lui fait état d’une explosion dans l’aéroport. Une vidéo de cette explosion est diffusée sur les réseaux sociaux.

L’agence Sana a précisé que les missiles avaient été tirés d’une position « à l’ouest de Tall Abou Nada », une hauteur du plateau du Golan israélien.

D’autre part, des sources syriennes ont rapporté que des sites du Hezbollah proches de la capitale syrienne avaient aussi été visés mardi soir par des frappes aériennes qui ont tué et blessé plusieurs combattants du groupe terroriste chiite.

Certains des médias, citant des témoins visuels, ont affirmé que des avions de combat israéliens étaient responsables des frappes dans la ville d’al-Zabadani. Cependant, les sources officielles du Hezbollah et du régime syrien n’ont pas accusé immédiatement Israël.

Les responsables israéliens n’ont pas commenté ces informations.

Le site kurde ARA News a cité un témoin visuel qui a déclaré que les frappes aériennes présumées israéliennes de mardi soir ont tiré des missiles guidés vers des sites appartenant au Hezbollah.

La source a déclaré à ARA que les frappes avaient entraîné des « dégâts importants », et tué et blessé plusieurs combattants du Hezbollah. Les blessés ont été transportés vers des hôpitaux des villes voisines, selon l’article.

C’est la seconde fois en huit jours qu’Israël, toujours techniquement en guerre avec la Syrie, frappe des positions militaires proches de Damas.

Le Hezbollah compte des milliers de combattants en Syrie, où il fournit une aide militaire au régime d’Assad et aux forces iraniennes.

En avril, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait confirmé qu’Israël avait mené des dizaines de frappes contre le Hezbollah pour empêcher le groupe d’obtenir des armes sophistiquées, un rare aveu israélien.

Israël a juré d’empêcher le Hezbollah d’obtenir des armes capables de « changer les règles du jeu », notamment des systèmes de défense aérienne et des armes chimiques.

Judah Ari Gross et l’AFP ont contribué à cet article.