Jérusalem (AFP) – Israël va autoriser l’acheminement de matériaux de construction dans la bande de Gaza, a indiqué le ministère israélien de la Défense, dimanche 26 janvier.

Interdites en 2007, avant d’être de nouveau autorisées, mais pas pour le secteur privé, les importations avaient été suspendues une nouvelle fois en octobre après la découverte d’un tunnel reliant la bande de Gaza au territoire israélien destiné, selon l’armée israélienne, à des « activités terroristes ».

« Quelque 1.000 tonnes de ciment et de matériaux de construction vont entrer dans la bande de Gaza pour réparer les dégâts de la tempête et pour d’autres projets menés par des agences de l’ONU », selon un communiqué du ministère de la Défense.

Une tempête a sévèrement frappé la bande de Gaza le mois dernier, et les vents violents ainsi que les inondations ont causé d’important dégâts.

L’agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) a annoncé qu’elle avait reçu l’autorisation de commencer de nouvelles constructions, qui n’ont pas de liens avec la tempête.

« Israël a informé l’UNRWA qu’il avait donné son autorisation à l’entrée de matériaux pour six nouveaux projets à Gaza », a indiqué à l’AFP le porte-parole de l’agence, Ahmad Abou Hassna, ajoutant qu’il s’agissait de construire un nouveau quartier résidentiel et cinq écoles. La livraison devrait arriver la semaine prochaine, a-t-il ajouté.

Dans son communiqué, le ministère de la Défense assure que les autorités israéliennes ont contacté « des hauts responsables de l’Autorité palestinienne » et les ont informé de la décision.

Mais Raëd Fatouh, le responsable de l’Autorité palestinienne en charge de l’entrée des biens dans la bande de Gaza, a affirmé que « le camp palestinien n’a pas été officiellement informé ».

Selon un accord conclu avec l’ONU en décembre 2013, les importations de matériaux sont autorisées, mais uniquement pour les projets des agences onusiennes.

L’importation de ciment et de fer à destination du secteur privé est interdite depuis 2007 –à l’exception d’un bref interlude– et la prise de contrôle de l’enclave palestinienne par le Hamas, Israël affirmant craindre leur utilisation à des fins militaires.