Le haut-commandant du Hamas, Mohammed Deif, est vivant et participe de nouveau activement à la direction de l’aile militaire du groupe islamiste, selon les évaluations des renseignements israéliens.

Israël pensait que Deif, 51 ans, avait été grièvement blessé lors d’une attaque de Tsahal visant son domicile de Gaza l’été dernier (pendant la guerre) et qui a coûté la vie de sa femme et à ses deux enfants. Il est entré dans la clandestinité pendant des mois, et certains en Israël croyaient même qu’il avait succombé à ses blessures.

Deif a survécu à cinq tentatives d’élimination israéliennes. Il a été grièvement blessé dans plusieurs d’entre elles.

En tant que chef des brigades Izz al-Din al-Qassam, Deif est responsable de la planification et de l’exécution d’une longue série d’attaques terroristes qui ont fait des dizaines, voire des centaines de victimes israéliennes. Il est l’une des personnes les plus recherchées d’Israël.

Selon des sources israéliennes, Deif était le planificateur clé d’une attaque massive du Hamas d’un village israélien à la frontière de Gaza – peut-être au kibboutz Kerem Shalom – et d’une prise d’otage de soldats et de civils.

L’opération, qui aurait été prévue des mois avant la guerre, visait à forcer les dirigeants israéliens à réagir par un assaut terrestre massif à Gaza, où le Hamas avait passé des mois à installer des explosifs et à creuser des tunnels d’attaque pour l’accueillir.

Les plans ont été contrecarrés non par Israël, mais par la direction politique du Hamas, qui a ordonné l’annulation de l’opération, selon des estimations israéliennes.

Pendant les combats, les brigades Qassam ont tenté de lancer l’opération à quelques reprises, malgré l’opposition de l’aile politique, mais ont été incapables de la mener à bien tandis que des forces israéliennes massives opéraient sur place.

Le Hamas reconstruit ses capacités offensives contre Israël, y compris l’enrôlement de nouveaux combattants, la réhabilitation de ses tunnels d’attaque transfrontaliers et le reconstitution de son arsenal de roquettes, dont des missiles de plus longues distances. Tous ces efforts sont entravés par l’Egypte, qui cible sans relâche les tunnels transfrontaliers du Hamas vers le Sinaï.

Selon Israël, le Hamas aurait acheté des matériaux de construction à des citoyens de Gaza, qui ont été autorisés à les importer pour reconstruire leurs maisons et commerces, et les ont revendus au marché noir.

Selon les évaluations israéliennes, le Hamas serait divisé sur son orientation stratégique – son chef politique, basé au Qatar, Khaled Meshaal, cherchant à renouer les liens du groupe avec l’Egypte et l’Arabie saoudite afin de mettre un terme à son isolement économique et politique étouffant.

Et Deif, de son côté, et d’autres commandants militaires sur le terrain, préconisant une alliance plus étroite avec l’Iran, qui fournit au groupe des fonds et du matériel pour son combat contre Israël.