Le ministère de la Santé a demandé lundi à la population de ne pas entrer dans les grottes d’une partie des collines de Judée, après que trois enfants ont été infectés par des tiques porteuses de la maladie de Lyme dans la zone.

Les jeunes, qui habitent dans l’implantation de Kfar Eldad, en Cisjordanie, près de Jérusalem, ont été mordus pendant l’été par des tiques, alors qu’ils participaient à la rénovation des grottes proches de Nokdim, au sud-est de Bethléem. Ces cas ont été signalés au département sanitaire du district de Jérusalem.

Les enfants ont été hospitalisés, et l’un a dû retourner à l’hôpital deux semaines après la fin de son traitement antibiotique en raison d’une résurgence de l’infection.

La maladie de Lyme est due à une bactérie de type Borrelia, portée par les tiques et qui entre dans le système sanguin par la salive, quand l’insecte mord un humain ou un animal.

La tique du cerf, Ixodes scapularis, l'une des tiques vectrices de la maladie de Lyme aux États-Unis. Illustration. (Crédit : CDC - Jim Gathany/Domaine public/WikiCommons)

La tique du cerf, Ixodes scapularis, l’une des tiques vectrices de la maladie de Lyme aux États-Unis. Illustration. (Crédit : CDC – Jim Gathany/Domaine public/WikiCommons)

Les tiques s’épanouissent dans les fissures et les sols des grottes.

Le risque d’infection est faible si la tique est accrochée depuis moins de 24 heures, mais, en raison de leur petite taille, la détection est difficile.

La période d’incubation entre l’infection et le début des symptômes est généralement d’une à deux semaines, mais peut se compter en jours, en mois ou même en années. Les symptômes sont notamment une température élevée, un essoufflement, une toux, des nausées, des douleurs musculaires et/ou articulaires, et des éruptions cutanées.

Dans certains cas, rares, des symptômes comme la fatigue ou les douleurs musculaires et articulaires peuvent durer plus de six mois.

Le ministère de la Santé conseille à la population d’éviter les grottes de la région de Nokdim. Les grottes ont été signées au ministère de l’Environnement, à l’Autorité de la nature et des parcs, et à l’inspecteur sanitaire du district.