Les corps de 19 Palestiniens tués pendant la guerre de 50 jours de cet été entre Israël et les groupes armés à Gaza ont été enterrés en territoire israélien, dans des lieux tenus secrets, rapporte Haaretz mercredi.

Selon l’article, les corps de 18 Palestiniens ont été enterrés en Israël le 23 juillet, quelques jours seulement après une bataille meurtrière dans le quartier de Shejaiya, où 7 soldats de la brigade Golani ont été tués – parmi eux, le sergent Oron Shaul, dont les restes seraient détenus par le Hamas.

Le corps d’un autre Palestinien a été enterré en Israël en octobre, selon Tsahal.

L’armée israélienne a communiqué l’information concernant les 19 Palestiniens suite à une demande de l’organisation israélienne des droits de l’Homme HaMoked en octobre.

L’armée a affirmé que l’identité des Palestiniens décédés n’est pas officiellement confirmée et n’a fourni aucune information sur les circonstances de leur mort.

Citant des raisons sécuritaires, l’armée israélienne a également refusé une demande de HaMoked de révéler le lieu des sépultures des 19 Palestiniens.

L’armée israélienne a refusé d’évoquer les raisons de sa décision de garder les corps en Israël.

Israël a, dans le passé, rendu des restes de combattants terroristes en échange de corps de soldats de Tsahal détenus par des groupes extrémistes.

Lundi, le journal Al-Araby Al-Jadeed basé à Londres a rapporté qu’Israël avait demandé à des responsables européens de servir de médiateurs dans les négociations avec le Hamas afin de récupérer les restes de Shaul ainsi que ceux du lieutenant Hadar Goldin, tué dans un incident séparé pendant les combats à Gaza.

Shaul et Goldin ont été déclarés morts sur la base de preuves obtenues par l’armée, mais leurs corps n’ont jamais été récupérés par Israël.

Israël a seulement négocié directement avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, pas avec les dirigeants du Hamas à Gaza.

Soutenu par le Quartet – Etats-Unis, Union européenne, Nations unies et Russie -, l’Etat juif demande que le Hamas reconnaisse Israël, accepte les accords antérieurs et renonce au terrorisme avant que ne puissent commencer des négociations directes.