Israël envisage la construction d’une barrière le long de sa frontière avec la Jordanie, le seul pays avec lequel elle n’en avait pas, notamment pour protéger son nouvel aéroport international, a indiqué vendredi une porte-parole militaire.

« Des responsables de sécurité ont recommandé la construction d’une barrière de sécurité pour protéger le nouvel aéroport de Timna (à une vingtaine de kilomètres au nord de la ville balnéaire d’Eilat) », a indiqué la porte-parole de l’armée à l’AFP.

La porte-parole confirmait ainsi des informations publiées vendredi par le quotidien Haaretz. Elle a cependant dit ne pas être en mesure de donner davantage de détails sur le projet, qui dépend du ministère israélien de la Défense.

Ce dernier n’a pu être joint dans l’immédiat par l’AFP.

Des responsables de sécurité ont recommandé la construction d’une barrière, dans un premier temps d’une longueur d’environ 30 kilomètres, sur une portion méridionale de la frontière israélo-jordanienne pour déjouer « l’infiltration de djihadistes » et protéger le nouvel aéroport international en construction, selon Haaretz.

La construction de l’aéroport international de Timna, à environ 200 mètres de la frontière entre Israël et la Jordanie, doit être achevée en 2016.

La construction de la barrière devra être approuvée par le nouveau gouvernement israélien issu des élections législatives de mardi, précise le quotidien.

Israël a récemment construit une barrière de plus de 200 kilomètres à sa frontière sud avec l’Egypte pour empêcher l’arrivée sur son territoire d’immigrants africains illégaux.

Une barrière protège aussi la frontière nord d’Israël avec le Liban et la Syrie et un mur sépare l’Etat hébreu de la Cisjordanie.

Israël et la Jordanie ont conclu un traité de paix en 1994.