Israël ferme des organisations caritatives accusées d’être liées au Hamas
Rechercher

Israël ferme des organisations caritatives accusées d’être liées au Hamas

Les "organisations proches du Hamas" ont encouragé des activistes à s'en prendre aux visiteurs sur le mont du Temple

Un drapeau du Hamas avec en arrière-plan la mosquée Al-Aqsa (Crédit : Sliman Khader/Flash90)
Un drapeau du Hamas avec en arrière-plan la mosquée Al-Aqsa (Crédit : Sliman Khader/Flash90)

La police israélienne et le service de sécurité intérieure israélien, le Shin Beth, ont fait fermer lundi deux organisations caritatives musulmanes accusées d’entretenir des liens avec le Hamas, a indiqué la police.

Elle a désigné ces deux organisations comme étant Femmes musulmanes pour Al-Aqsa (à Jérusalem-Est) et Al-Fajr (située dans la ville arabe de Nazareth dans le nord d’Israël), ajoutant avoir mené des arrestations.

Les deux associations sont soupçonnées d’avoir financé des « organisations proches du Hamas » et encouragé des activistes à s’en prendre aux visiteurs sur le site sensible du mont du Temple pour les juifs à Jérusalem, lieu sacré à la fois pour les juifs et les musulmans.

Les juifs ont le droit de rentrer sur le site, qui surplombe le mur Occidental, mais il leur est interdit d’y prier afin d’éviter des heurts avec des fidèles musulmans.

Des ultra-nationalistes juifs se rendent néanmoins régulièrement sur les lieux où ils prient discrètement, un acte qui peut déclencher de violents jets de pierres, des cocktails Molotov des fidèles musulmans, ayant par le passé dégénéré en heurts violents avec la police.

« Ces organisations (…) sont soupçonnées de payer des activistes qui vont chaque jour au Mont du Temple et ont recours à la violence verbale ou même physique à l’encontre de groupes de visiteurs, mettant ainsi en péril la sécurité personnelle des visiteurs et la liberté de religion », a indiqué la police dans son communiqué.

Selon ce communiqué, la police a saisi ordinateurs, documents et relevés bancaires dans leurs deux bureaux et arrêté pour interrogatoire un nombre non précisé de personnes soupçonnées de « financement du terrorisme, blanchiment d’argent (…) et fraude fiscale ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...