Israël a signé dimanche un protocole d’entente avec une société égyptienne, en vertu duquel la plate-forme offshore de Tamar fournirait jusqu’à 2,5 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an pour les sept prochaines années.

L’accord conclu avec la société Dolphinus Holdings est estimé à environ 500 à 700 millions de dollars par an (390 à 550 millions d’euros) selon The Marker, le journal financier de Haaretz.

Le quotidien économique israélien Globes a cependant indiqué que le contrat comportait une clause qui permettait au fournisseur de couper les exportations de gaz avec un préavis succinct.

Grâce à cette disposition flexible, la société égyptienne n’est pas engagée à acheter une quantité minimale, tandis que Tamar accepte de fournir un minimum de 5 BCM de gaz naturel au cours des trois prochaines années.

Le gaz sera transféré par les conduites de gaz naturel d’Israël par un des gazoducs de la East Mediterranean Gas Company qui avait été endommagé par des groupes islamistes dans la péninsule du Sinaï au cours des dernières années.

Jusqu’en 2012, quand son pipeline de gaz a été détruit et que le contrat de 20 ans a pris fin, c’est l’Egypte qui fournissait à Israël son gaz naturel. Cependant, les récentes découvertes en ressources naturelles au large des côtes d’Israël ont mis fin à la dépendance de Jérusalem à l’égard de l’Egypte.

Au début du mois de septembre, Israël a signé un protocole d’accord avec la Jordanie pour approvisionner le Royaume hachémite de 15 milliards de dollars de gaz naturel de sa réserve d’énergie Leviathan pour 15 ans.

Les Jordaniens se sont tournés vers Israël puisque l’approvisionnement en gaz naturel en provenance d’Egypte avait été arrêté par les attaques terroristes répétées sur le gazoduc égyptien, a fait savoir un reportage de la Deuxième chaîne.

Israël a décidé l’an dernier d’exporter 40 % de ses réserves de gaz offshore, et a depuis signé un contrat de 20 ans, de 1,2 milliard de dollars avec une société palestinienne.

En mars 2013, Israël a commencé à pomper du gaz naturel du gisement Tamar, qui, découvert en 2009 et situé à quelque 90 kilomètres à l’ouest de Haïfa, contient environ 8,5 milliards de mètres cubes de gaz naturel.

En plus de Tamar, a été découvert en 2010 le gisement Léviathan, encore plus important – qui contient environ 16 à 18 milliards de mètres cubes de gaz – à 130 kilomètres à l’ouest de Haïfa. Leviathan est prévu pour être opérationnel en 2016.

On s’attend à ce que ces découvertes transforment Israël de simple importateur d’énergie à un acteur mondial majeur dans le marché du gaz.