Israël a hospitalisé 40 détenus palestiniens refusant de s’alimenter depuis un mois pour dénoncer leur peine d’emprisonnement, a annoncé mercredi la porte-parole du service pénitentiaire, Sivan Weizman.

Les prisonniers, qui ont été transférés dans neuf hôpitaux en plusieurs étapes, sont dans un état « raisonnable », a affirmé Mme Weizman.

L’ensemble de ces détenus refusent de s’alimenter depuis près de cinq semaines pour dénoncer le fait d’avoir été emprisonné sans jugement, a-t-elle expliqué.

D’autres prisonniers ont rejoint au fil des semaines ce mouvement, regroupant désormais 240 grévistes de la faim, a ajouté Mme Weizman, expliquant s’attendre à une augmentation des transferts vers des hôpitaux.

Le ministre palestinien chargé des Prisonniers, Issa Qaraqé, a affirmé que certains d’entre eux se trouvaient dans un état « très grave ».

Les autorités palestiniennes sont en contact avec la partie israélienne « pour éviter toute complication qui pourrait entraîner la mort de prisonniers », a assuré M. Karake à l’AFP.

Quelque 5 000 Palestiniens sont détenus dans les prisons israéliennes, dont 200 font l’objet d’un ordre de détention administrative rendant possible pendant une durée maximale de six mois l’emprisonnement de suspects qui n’ont pas encore été jugés.

Ces ordres de détention peuvent être renouvelés de façon illimitée par un tribunal militaire.