L’armée a arrêté environ 80 Palestiniens en Cisjordanie, y compris des cadres du Hamas et du Jihad Islamique dans la nuit de samedi à dimanche. Ces arrestations ont eu lieu au cours de la recherche d’information concernant l’emplacement de trois adolescents israéliens enlevés alors qu’ils faisaient du stop dans le sud de Jérusalem jeudi, selon certaines sources palestiniennes.

Parmi les personnes interpellées, on compte des anciens ministres et membres du Parlement palestinien, selon un journaliste de Radio Israël, ainsi que Hassan Youssef, l’un des fondateurs du Hamas et le père du Prince vert.

L’armée israélienne a déclaré avoir arrêté 80 suspects palestiniens en Cisjordanie dans le cadre de ses recherches des trois adolescents.

L’armée a par ailleurs souligné que les recherches de grande envergure continueraient dimanche.

Le porte-parole de l’armée, le Lieutenant-colonel Peter Lerner, a déclaré que les forces armées utiliseraient « tous les moyens à disposition » pour ramener les trois adolescents. « Dans le cadre des efforts pour ramener les trois adolescents israéliens enlevés, près de 80 Palestiniens ont été arrêtés durant une opération militaire », selon le texte.

« Les terroristes palestiniens ne seront pas en sécurité. Ils ne pourront pas se cacher et ressentiront constamment la puissance des capacités militaires israéliennes ».

« Nous sommes déterminés à ramener les garçons à la maison, le plus rapidement possible et en bonne santé… les terroristes palestiniens ne seront pas en sécurité, ne pourront pas se cacher et vont ressentir les capacités de l’armée israélienne », affirme dans le communiqué Peter Lerner.

Même si le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’accuse pas directement le Hamas d’avoir enlevé les trois adolescents, Eyal Yifrach, 19, Gil-ad Shaar, 16, and Naftali Frenkel, 19, il a mentionné le récent pacte d’unité entre l’organisation et l’Autorité palestinienne, le Fatah de Mahmoud Abbas, dans ses déclarations de samedi soir.

L’armée a imposé un bouclage complet de la ville d’Hébron (sud de la Cisjordanie) et de ses environs, les trois jeunes ayant disparus, selon les médias israéliens, alors qu’ils faisaient de l’auto-stop entre Bethléem et Hébron pour se rendre à Jérusalem.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé samedi qu’ils avaient été enlevés par « une organisation terroriste ».

Il a exigé à nouveau que « l’Autorité palestinienne et celui qui est à sa tête, Abou Mazen [Mahmoud Abbas], fassent tout le nécessaire pour aider au retour des kidnappés, car cela relève de leur responsabilité ».

Le porte-parole des services de sécurité de l’Autorité palestinienne, le général Adnane al-Damiri, a qualifié d »insensées » ces accusations, soulignant que « l’Autorité ne dispose d’aucun pouvoir » dans la région où ont disparu les trois jeunes, une zone entièrement sous le contrôle civil et militaire d’Israël.

Par ailleurs, tous les points de passage vers la bande de Gaza à partir d’Israël ont été fermés, « exceptés pour des raisons humanitaires et des cas médicaux », a ajouté l’armée israélienne.