L’université de Tel Aviv  a annoncé lundi un partenariat avec l’Université Tsinghua de Pékin pour investir 300 millions de dollars dans l’établissement d’un Centre de recherche XIN, destiné à la recherche à un stade précoce et à des technologies approuvées dans la biotechnologie, l’énergie solaire, l’eau et les technologies environnementales.

Les représentants de l’université déclarent qu’ils espèrent que le centre cimentera les liens entre les deux pays et créera des opportunités pour l’avancement technologique des deux pays.

L’accord portant sur la création de l’institution devrait être signé mardi par le Pr Joseph Klafter, président de l’université, et des responsables gouvernementaux et universitaires chinois.

C’est l’un des nombreux événements commerciaux israélo-chinois qui ont eu lieu cette semaine, alors que des centaines de fonctionnaires du gouvernement et des représentants d’entreprises chinois sont arrivés en Israël.

lls sont à la recherche de technologie israélienne pour aider la Chine à moderniser sa société, a déclaré Shangyan Fen, chef de l’investissement et du développement stratégique à la China Everbright Ltd et directeur général de Catalyst-CEL, un fonds d’investissement israélo-chinois qui aide les entreprises israéliennes à développer leur technologie pour le marché chinois.

« La Chine en est au point où les gens se rendent compte que le changement doit se produire si nous voulons continuer à prospérer » et consulte Israël pour aider à mener à bien ce changement, dit-il.

Le Centre de recherche XIN s’inscrit dans ce projet, selon Klafter.
« C’est un projet extrêmement important », analyse-t-il. « Ce centre ouvrira de nouveaux horizons pour la société israélienne », fera avancer la technologie des deux pays et fournira à Israël de nouvelles opportunités commerciales.

Les deux gouvernements ont fourni des fonds pour le projet, explique un porte-parole de l’université de Tel Aviv, mais la plupart proviennent de sources privées des deux pays.

Le centre devrait évoluer pour devenir l’un des plus grands centres universitaires de R&D des deux pays, avec des institutions concentrées sur la recherche et des projets déjà prêts à être lancés sur le marché ou se trouvant encore à un stade précoce.