Les écoliers israéliens étudient dans des classes parmi les plus bondées du monde développé, avec un classement proche du dernier parmi les pays de l’OCDE, selon les nouvelles données publiées par le Bureau central des statistiques d’Israël.
 
Un rapport publié par l’organisme gouvernemental a déclaré dimanche que le nombre moyen d’élèves dans une classe d’école élémentaire était de 26,8 au cours de l’année 2013-14, bien au-dessus de la moyenne de 21 dans l’OCDE. Israël est à égalité avec le Japon et devant seulement le Chili, qui a une moyenne de 30 élèves par classe.

Bien que la moyenne de 28,2 écoliers pour les classes de collège en Israël est relativement meilleure, cinquième ex-aequo en partant du bas, ce nombre dépasse également largement la moyenne de 24 dans l’OCDE.

Le nombre moyen d’élèves israéliens par classe pour toutes les classes d’âge est de 27. Dans 30,4 % des écoles, il y a plus de 33 élèves par classe.

Les écoliers israéliens sont arrivés à la 39e place mondiale dans un rapport majeur sur l’éducation publié par l’OCDE en mai 2015, qui a classé 76 pays selon les résultats d’examens standardisés.

Les pays asiatiques etaient en tête du classement, avec Singapour en première place, suivie de Hong Kong, la Corée du Sud, le Japon et Taiwan. Les pays européens suivaient, avec la Finlande à la sixième place, suivie par l’Estonie, la Suisse et les Pays-Bas.

L’OCDE a publié un avertissement spécial au sujet de la baisse de la Suède dans le classement. Le pays scandinave est arrivé 35e, quatre places devant Israël.

Selon les données publiées par le ministère de l’Education en juillet 2015, un peu plus de la moitié des jeunes israéliens d’âge correspondant à la fin de la scolarite qui ont participé à des examens nationaux en 2014 ont obtenu les notes nécessaires pour obtenir leur diplôme.

Seulement 52,7 % des adolescents israéliens de 17 à 18 ans ont obtenu un diplôme de fin d’études pour 2014 – en baisse par rapport aux 53,4 % de l’année précédente. Les statistiques prennent en compte tous les Israéliens nés au cours de l’année scolaire 1996/97, peu importe s’ils étaient ou non scolarisés.

Ce chiffre relativement faible – par rapport aux autres pays de l’OCDE – peut être en partie attribuable à des taux minimes de fréquentation des écoles secondaires traditionnelles dans la communauté juive ultra-orthodoxe et les Bédouins. Si on pondère les statistiques pour n’inclure que les adolescents qui ont fréquenté les écoles secondaires, le nombre de ceux qui répondent aux exigences de fin d’études passe à 65,5 % – contre 64,2 % l’an dernier.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.