La délégation israélienne des Nations unies a participé mardi pour la première fois à une réunion de l’un des groupes les plus importants de coordination des droits de l’Homme à l’ONU.

L’ambassadeur israélien à l’ONU, Ron Prosor a applaudi la présence d’Israël dans le groupe JUSCANZ à la troisième commission des Nations unies.

Le caucus est un sous-groupe du groupe des Etats occidentaux, qui inclut le Japon, les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande entre autres.

« La présence d’Israël à ce jour, ajoutés à nos efforts fructueux pour assurer son adhésion au groupe des États d’Europe Occidentale et Autres [GEOA, est un des différents blocs régionaux non officiels votant à l’ONU. Il est le seul groupe qui ne soit pas purement régional. Il comprend 28 États membres et 2 observateurs] en novembre dernier à Genève, sont des pas importants vers le bon chemin, » a rappelé l’ambassadrice américaine à l’ONU, Samantha Power.

« Cela répare une injustice historique, » a déclaré l’ambassadeur israélien à l’ONU, Ron Prosor, dans un communiqué. « C’est un jour de célébration non seulement pour Israël, mais pour tous ceux qui ont un cœur humain. Le fait qu’Israël rejoigne le groupe est une autre forme d’appréciation internationale pour la démocratie israélienne. »

La troisième commission de l’ONU traite des « affaires sociales et humanitaires et des problèmes de droits de l’Homme qui touchent des peuples à travers le monde, » incluant les réfugiés, les problèmes de la femme, les problèmes de l’enfant et le droit à l’auto-détermination.

Noa Furman, une diplomate israélienne à l’ONU, a assisté à une réunion du JUSCANZ, en prévision d’une commission des Nations unies sur le statut des femmes qui se tiendra en mars.

« Ils nous ont naturellement reçus et notre participation aux discussions a été dûment appréciée, » commente-t-elle. « Israël appartient naturellement aux Etats traitant des questions sur les droits de l’Homme. Nous avons déjà commencé le travail et nous nous concentrons maintenant pour avancer sur les décisions de la commission relatives au statut des femmes à l’ONU. »

La présence d’Israël au JUSCANZ est le résultat d’efforts diplomatiques qui ont commencé en 2010. Israël doit en majeure partie sa présence aux États-Unis et au Canada.

L’ambassadrice Samantha Power, la représentante américaine à l’ONU, a indiqué dans un communiqué « La participation israélienne au JUSCANZ à la troisième commission des Nations unies est une étape importante pour garantir son entière participation au système de l’ONU. »

« Les États-Unis ont longtemps été de fervents partisans pour la participation, et ce de manière entière, d’Israël à l’ONU, » a-t-elle ajouté.