Israël a commencé à produire des drones il y a 40 ans. Aujourd’hui le pays est le premier exportateur mondial du secteur.

Selon une étude de cabinet Frost & Sullivan, l’État hébreu revendique un chiffre de 4.6 milliards de dollars au niveau international entre 2012 et 2014 contre 2.9 milliards pour les États-Unis, rapporte le quotidien économique Les Échos.

Après la Suisse, qui s’est portée acquéreuse de drones tactiques Hermes auprès de l’israélien Elbit Systems, la Corée du Sud vient de signer un contrat de 36.5 millions de dollars avec Israel Aerospace Industries, portant sur trois drones Heron.

L’année passée, Israël a cependant subi ses premiers revers lorsque de nombreux pays européens ont privilégié le drone américain Reaper.

Mais dans un pays dont l’économie repose sur la R&D et l’innovation, le secteur des aéronefs sans pilote ne fait pas exception.

Les ballons captifs gonflés à l’hélium ou le développement d’une nouvelle génération de drones tactiques devraient permettre à l’État hébreu de conforter sa place de numéro un mondial dans les années à venir.