Un haut responsable du gouvernement a contredit jeudi la déclaration du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas qu’il avait envoyé à Israël une lettre formelle d’avertissement avant de poser sa candidature d’appartenance à 15 organisations internationales au début du mois d’avril.

Mercredi, Abbas a déclaré au Times of Israel qu’avant de poser la candidature palestinienne aux organisations internationales, il a envoyé une lettre formelle à l’émissaire de paix de Netanyahu Yitzhak Molcho, et à l’envoyé spécial américain, Martin Indyk.

Il expliquait dans cette lettre que si Israël ne libérait pas le quatrième et dernier groupe de prisonniers comme promis, il poserait la candidature palestinienne à 15 organisations. Le président palestinien a également déclaré qu’il suspendait la mise en œuvre de cette décision de l’Autorité palestinienne de rejoindre les organisations pendant deux jours afin de voir si le gouvernement israélien changerait sa position.

L’officiel israélien a contredit catégoriquement cette déclaration. « En contradiction totale à la déclaration d’Abu Mazen [Abbas], Yitzhak Molcho n’a jamais reçu la lettre qu’il a mentionné », a déclaré l’officiel.

Israël a refusé de relâcher le quatrième groupe de prisonnier car Abbas considérait la libération d’Arabes israéliens comme faisant partie du groupe. Il a également refusé de s’engager à prolonger les processus de paix au delà de la date limite d’avril.

Dans un entretien au Times of Israel de mercredi, Abbas a déclaré que l’Autorité palestinienne ne chercherait pas l’aide des Nations Unies et d’autres organisations internationales dans un futur proche.

Abbas a déclaré que les Palestiniens sont actuellement dans l’expectative quant aux développements diplomatiques qui suivront les conséquences de l’arrêt des négociations de paix du mois dernier.

Le Times of Israël a établi qu’Israël est au courant de la décision d’Abbas de ne pas se retourner vers des organisations internationales comme une manœuvre poussant à la création d’un Etat palestinien.

Les commentaires d’Abbas à ce sujet sont en contradiction avec les déclarations d’autres dirigeants palestiniens au cours des dernières semaines. Ils exprimaient avoir l’intention de se retourner vers les Nations Unies et d’autres organisations dans le sillage de l’échec de négociations de paix.