Israël a offert 20 millions de dollars d’indemnisations aux familles des neuf turcs tués en 2010 par l’armée israélienne lors d’un assaut donné à une flottille au large de Gaza, a indiqué lundi le quotidien Haaretz.

Citant des « sources diplomatiques occidentales », le journal a ajouté que les discussions entre les deux pays avaient progressé, mais qu’aucun accord n’avait encore été conclu. Selon le quotidien, les négociations ont repris en décembre avec la visite à Ankara d’une délégation israélienne.

A cette occasion, les responsables turcs ont demandé 30 millions de dollars d’indemnités, alors qu’Israël ne proposait à l’époque que 15 millions, ont précisé ces mêmes sources. Mais d’après Haaretz, Israël a revu à 20 millions, sa proposition initiale.

Selon le journal, l’argent ne sera pas versé directement aux familles des victimes, mais déposé à un fonds humanitaire et réparti aux victimes et à leur famille en fonction de critères bien définis.

Des responsables israéliens cités par le quotidien, estiment qu’aucun accord ne devrait intervenir avant les élections en Turquie prévues le 30 mars prochain, dans la mesure où le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan redouterait qu’un accord avec Israël puisse lui nuire politiquement.

Dans les négociations en cours, Israël souhaite que la Turquie renonce à poursuivre en justice les soldats et officiers impliqués dans l’interception de la flottille ainsi qu’une normalisation des relations entre les deux pays qui aille au-delà du simple retour de l’ambassadeur turc à Tel Aviv, a indiqué Haaretz.

Déjà tendues depuis l’opération israélienne meurtrière « Plomb durci » dans la bande de Gaza [décembre 2008/janvier 2009], les relations entre la Turquie et Israël, alliés stratégiques dans les années 1990, se sont brutalement dégradées le 31 mai 2010 lors de l’assaut israélien contre une flottille de militants pro-palestiniens tentant de briser le blocus israélien autour de la bande de Gaza, gouverné par le Hamas.

Neuf passagers du navire turc Mavi Marmara avaient été tués, provoquant une crise diplomatique entre les deux pays.