Israël a offert de libérer un nouveau groupe de 400 détenus palestiniens, si l’Autorité palestinienne accepte de prolonger les négociations de six mois, a appris le Times of Israel de sources palestiniennes samedi soir.

Cette offre s’ajouterait au quatrième groupe final de prisonniers qui devaient être libérés ce week-end. Les États-Unis, soucieux d’arranger la continuation des pourparlers, soutiennent l’offre.

Des sources affirment qu’Israël n’a pas voulu relâcher le quatrième groupe, en raison des rumeurs selon lesquelles l’AP se retirerait des négociations suite à cette libération.

Depuis samedi, le président de l’AP Mahmoud Abbas insiste pour qu’Israël libère le quatrième groupe de prisonniers pour qu’il discute de prolonger les négociations au-delà de la date-butoir du 29 avril.

Mais Israël refusait de relâcher le dernier groupe de 26 prisonniers, comprenant des Arabes israéliens, à moins qu’Abbas n’accepte de prolonger les négociations en premier.

La nouvelle offre israélienne voudrait que l’État juif décide de quels 400 détenus seraient libérés, selon les sources. Les prisons israéliennes détiendraient quelque 5 000 prisonniers palestiniens.

Le député Habayit Hayehudi et ministre du Logement et de la construction, Uri Ariel, aurait menacé de demander à son parti de droite de quitter la coalition si les prisonniers étaient relâchés.

Le ministre des Transports, Israël Katz (Likud), a indiqué à la radio israélienne samedi soir qu’il s’opposait à la nouvelle libération de prisonniers. Il a affirmé qu’il fallait l’empêcher, surtout « qu’il n’y a pas eu de progrès dans le processus de paix. »

Le ministre AP des Prisonniers, Issa Karake, a demandé samedi soir à Abbas d’abandonner les pourparlers et de soumettre la cause palestinienne à l’ONU et à d’autres organisations internationales pour obtenir le statut d’État – si Israël ne relâchait pas le quatrième groupe dans les prochains jours.

La porte-parole du Département d’État américain, Jen Psaki, a indiqué samedi soir qu’« en ce qui concerne les rapports de la soirée d’un accord sur la libération de prisonniers, aucun accord n’a été conclu, et nous poursuivons d’intenses efforts avec les deux parties. Toute indication du contraire est fausse. »

L’envoyé spécial pour les négociations israélo-palestinienns, Martin Indyk, a cependant rencontré le négociateur palestinien en chef Saeb Erekat et l’envoyé israélien pour les négociations, Itzhak Molcho à Jérusalem samedi soir. Selon la radio militaire, Erekat a affirmé que le quatrième groupe serait libéré tôt dans la semaine.

Plus tôt samedi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu aurait dit au secrétaire d’État américain John Kerry qu’il avait peur que sa coalition ne s’écroule si Israël libérait le quatrième groupe de prisonniers palestiniens.

Selon le quotidien arabe basé à Londres, Al-Hayat, des sources au sein de l’AP affirment que les négociateurs américains ont révélé à Abbas que Netanyahu avait peur pour sa coalition, qui inclut les partis de droite Israël Beytenu et Habayit Hayehudi.