Le passage à l’heure d’été est prévu en Israël ce vendredi, tôt dans la matinée. Les horloges avanceront d’une heure à 2 heures matin, en passant directement à trois heures.

La période de clarté prolongée durera 212 jours, jusqu’au 27 octobre. Cette période sera la plus longue de l’histoire d’Israël.

La Syrie, la Jordanie et les territoires palestiniens avanceront aussi d’une heure dans la nuit de jeudi à vendredi. La plupart des pays européens ne le feront que le 30 mars.

Pour éviter les incidents, les compagnies de téléphonie mobile ont envoyé aux utilisateurs des messages plusieurs jours à l’avance, plutôt que de faire confiance aux mises à jour automatiques de leur téléphone.

Il y avait en effet eu confusion en septembre dernier quand l’État avait décidé de prolonger les heures de clarté.

Certains téléphones et ordinateurs, programmés pour changer l’heure automatiquement, étaient restés bloqués sur l’ancien horaire. Ils avaient en effet changé l’heure des mois avant le changement officiel.

Le « changement fantôme » avait causé la confusion chez beaucoup de personnes. Leurs téléphones, ordinateurs et applications de programmation de changement d’heure automatique étaient hors de contrôle. Beaucoup d’Israéliens sont arrivés en retard au travail ou à l’école.

En juillet, la Knesset a passé une législation prolongeant l’horaire d’été du dernier dimanche de mars au dernier dimanche d’octobre. Avant, l’horaire normal reprenait le samedi soir avant Yom Kipour pour réduire le jeûne, qui se termine à la tombée de la nuit, d’une heure.

Le calendrier hébraïque étant lunaire, Yom Kipour peut tomber entre la mi-septembre et la mi-octobre, ce qui voulait dire que les Israéliens changeaient parfois d’heure un mois et demi avant la plupart des pays, où l’heure d’hiver commence le 1er novembre.

La question du changement d’horaire est devenu un contentieux entre les Israéliens et causait des tensions entre les politiciens religieux et laïques.

Les partis religieux soutenaient le changement précoce pour faciliter le jeûne de Yom Kippour, alors que les activistes laïques affirmaient que le changement était inutilement contraignant et fort coûteux.

Ils soulignaient une perte de lumière, qui arrivait relativement tôt dans l’année, et qui était la cause de hausses des montants de factures d’électricité.

Le changement occasionnait un plus grand nombre d’accidents de la route car les employés qui revenaient habituellement du travail pendant la journée étaient forcés de rouler dans l’obscurité.