Israël passe une étape supérieure pour n’avoir qu’un Grand Rabbin
Rechercher

Israël passe une étape supérieure pour n’avoir qu’un Grand Rabbin

Un projet de loi visant à supprimer les postes séfarade et ashkénaze pour n'en former qu’un seul passe en première lecture

Les grands rabbins ashkénaze David Lau, à gauche, et  séfarade Yitzhak Yossef, en novembre 2013. (Crédit : Flash90)
Les grands rabbins ashkénaze David Lau, à gauche, et séfarade Yitzhak Yossef, en novembre 2013. (Crédit : Flash90)

Un projet de loi pour n’avoir qu’un Grand Rabbin en Israël plutôt que les deux actuels a passé le test de la première lecture.

Le lundi, le projet de loi a été adopté par un vote de 22 voix pour et 14 contre, ce qui représente moins d’un tiers des 120 députés du parlement israélien. Il va être étudié par une commission de la Knesset pour être affiné avant la deuxième et de la troisième lectures. Il est prévu que la mesure soit votée sans problème.

Si le projet devenait une loi, il prendrait effet en 2023, à la fin des mandats de 10 ans des actuels Grands Rabbins séfarade et ashkénaze.

L’un des Grands Rabbins serait également à la tête du Conseil du Grand Rabbinat d’Israël. Les tribunaux rabbiniques seront séparés du Grand Rabbinat, avec le président de la Cour suprême rabbinique choisi parmi les rabbins actuels.

Les législateurs haredim orthodoxes ont dénoncé le projet de loi, affirmant qu’il était destiné à affaiblir l’institution religieuse.

Le ministre des Affaires religieuses, Naftali Bennett, le vice-ministre des Services religieux, Eli Ben-Dahan, tous deux membres du parti Habayit Hayehudi, et la ministre de la Justice Tzipi Livni de Hatnua sont à l’origine de la mesure.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...