La police israélienne a arrêté lundi plus de 50 juifs ultra-orthodoxes qui manifestaient contre une loi les contraignant à effectuer le service miliaire, obligatoire en Israël, a indiqué la police.

Depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948, les étudiants des yeshivot, les séminaires talmudiques, pouvaient obtenir une dispense tant qu’ils étudiaient à plein temps, sans travailler, entre 18 et 26 ans.

Mais une nouvelle loi revient sur cette exception et désormais, s’ils ne se présentent pas au bureau de recrutement de l’armée, ils sont considérés comme déserteurs et donc passibles d’emprisonnement.

Plus de 40 personnes ont été interpellées à Ashdod (sud) et plusieurs autres à Tel-Aviv et Jérusalem lors de manifestations organisées pour dénoncer l’arrestation ces dernières semaines de plusieurs ultra-orthodoxes ayant refusé de se présenter au bureau de recrutement de l’armée, a expliqué la porte-parole de la police Louba Samri.

Selon elle, ces ultra-orthodoxes ont manifesté de « façon illégale » et « bloqué des routes », tandis qu’un policier a été légèrement blessé lors de heurts.

La Knesset a voté en mars 2014 la loi controversée qui contraint les jeunes juifs ultra-orthodoxes à faire le service militaire qui dure trois ans pour les hommes et deux pour les femmes.

La loi doit entrer progressivement en vigueur d’ici trois ans.

C’est en juillet 2013 que le gouvernement de Benjamin Netanyahu a approuvé ce projet de loi visant à mettre un terme au système ayant permis à des dizaines de milliers d’ultra-orthodoxes étudiant dans les écoles talmudiques d’échapper à l’armée et à obliger les membres de cette communauté, qui représentent 10% des 8 millions d’Israéliens, à effectuer au moins un service civil.

En mars dernier, plus de 300 000 juifs ultra-orthodoxes avaient manifesté contre ce projet dénonçant une « persécution religieuse ».