WASHINGTON – L’administration Trump ne s’opposera pas au financement de l’aide militaire pour Israël ajoutée par le Congrès américain, et renoncera au remboursement promis par Israël.

« L’administration est déterminée à s’assurer qu’Israël perçoive l’aide qui lui a été attribuée par le Congrès », a déclaré lundi R.C. Hammond, porte-parole du département d’Etat, à Fox News. Hammond a relayé le communiqué à d’autres médias après sa diffusion sur Twitter par un journaliste de la chaîne.

Il est question de 75 millions de dollars, attribués par le Congrès en plus des 3,1 milliards de dollars versés par les Etats-Unis dans le cadre de l’accord entre les deux pays, qui remonte à 2007. Le sénateur républicain Lindsey Graham a fait voter l’attribution de ce financement supplémentaire parce qu’il était excédé par les termes du mémorandum de compréhension négocié par l’administration Obama, qui régit les 10 prochaines années d’aide américaine versée à Israël.

Dans le cadre de ces accords, l’aide militaire a été augmentée à une moyenne de 3,8 milliards de dollars par an, mais Israël a accepté de ne pas faire pression sur le Congrès pour obtenir des fonds supplémentaires, et a accepté de restituer les fonds supplémentaires qui pourraient être versés.

Hammond réagissait aux articles des médias conservateurs, qui indiquaient que le département d’État envisageait d’exiger qu’Israël restitue l’argent.

Au moment de la signature, avant l’élection et la victoire surprise de Donald Trump, les responsables israéliens avaient déclaré qu’ils restitueraient les fonds supplémentaires attribués par le Congrès.