L’Autorité des titres israélienne (ATI) travaille à une législation pour interdire toute l’industrie des options binaires basée en Israël, a annoncé le président de l’ATI, Shmuel Hauser.

Après des mois de couverture du Times of Israël sur cette industrie très largement frauduleuse, qui a pendant la dernière décennie employé des milliers d’Israéliens pour arnaquer à un nombre très important de victimes dans le monde des centaines de millions de dollars, si ce n’est des milliards, le bureau du Premier ministre a condamné il y a deux semaines les « pratiques sans scrupule » de l’industrie, et a appelé à son interdiction dans le monde entier.

Hauser a promis de l’ « éradiquer ».

Ces derniers jours, Hauser a déclaré pendant un entretien téléphonique que des consultations avaient commencé sur la formulation d’une loi qui interdirait à toutes les entreprises d’options binaires basées en Israël de cibler n’importe quel individu dans n’importe quel pays. (Il est déjà interdit aux entreprises israéliennes de cibler des Israéliens.)

Les consultations ont été étendues au procureur général, Avichai Mandelblit, et au gouvernement, a-t-il déclaré. « Je suis profondément troublé » par cette industrie frauduleuse, a déclaré Hauser. L’objet de la nouvelle législation est « de mettre fin à toute cette histoire » d’opérations d’options binaires en Israël et depuis Israël.

De plus, a déclaré Hauser, la police et les autorités judiciaires ont été informées de l’échelle du problème, pour que l’ « arsenal » complet du système d’application de la loi puisse être utilisé contre les fraudeurs. « Toutes les branches du système policier et judiciaire sont informées, et elles comprennent toutes le problème, a-t-il déclaré. L’urgence est claire. »

Hauser a déclaré que la formulation de la législation était « simple », mais représentait néanmoins « un changement spectaculaire ». Elle a dû être structurée précisément pour qu’elle puisse s’appliquer spécifiquement aux options binaires.

« Ce que j’initie à présent est une législation qui nous donnera les moyens de réguler celles [les entreprises] qui sont basées en Israël même si elles proposent [des options binaires] à des non Israéliens. Ils seront eux aussi protégés par la législation. » Cette loi permettra aux « Israéliens et aux étrangers » d’être protégés des fraudeurs.

Le professeur Shmuel Hauser, président de l'Autorité des titres israélienne, à une commission des Finances de la Knesset. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le professeur Shmuel Hauser, président de l’Autorité des titres israélienne, à une commission des Finances de la Knesset. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Quand il lui a été demandé en combien de temps la législation serait efficace, Hauser a répondu que cela dépendait d’à quel point le gouvernement en faisait une priorité.

Le Times of Israël a appris que Hauser était assuré d’avoir le soutien du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et que ce soutien avait été mis en évidence par la déclaration sans précédent du bureau du Premier ministre du 28 octobre, qui appelait à une interdiction mondiale du marché des options binaires.

Hauser a également appelé les régulateurs du monde entier à contacter l’ATI au nom des victimes d’options binaires de leurs pays. « Nous disons à tous les régulateurs à l’étranger qui veulent notre aide, de se tourner vers nous, et nous ferons les enquêtes pour eux. Nous ne pouvons pas les initier. Ils doivent se tourner vers nous. »

Au cours des derniers mois, le Times of Israël a détaillé la fraude massive des entreprises israéliennes d’options binaires, en commençant en mars par un article intitulé « Les loups de Tel Aviv », et a estimé que l’industrie représente ici plus de 100 entreprises, dont la plupart sont frauduleuses et emploient diverses ruses pour voler l’argent de leurs clients.

Ces compagnies trompent leurs victimes en leur faisant croire qu’elles proposent des investissements lucratifs à court terme, mais dans l’écrasante majorité des cas, les clients finissent par perdre tout leur argent, ou presque.

Une plateforme d'options binaires, dont la publicité est faite sur YouTube. Illustration. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Une plateforme d’options binaires, dont la publicité est faite sur YouTube. Illustration. (Crédit : capture d’écran YouTube)

La nouvelle initiative législative de Hauser vient comme une réponse tardive aux accusations de fraude menées depuis des années par des firmes d’options binaires basées en Israël, comme l’ont mis en évidence le Times of Israël et de plus en plus de journaux du monde entier. De nombreux pays, dont les Etats-Unis, le Canada, et la France, enquêtent sur la fraude aux options binaires israéliennes au nom de leurs citoyens qui ont été arnaqués.

Certains professionnels de l’investissement liés à Israël plaidaient depuis des mois pour qu’Israël prenne des mesures fermes pour empêcher les entreprises israéliennes frauduleuses de nuire à des victimes à l’étranger, prévenant du mal que leurs activités causaient à la réputation financière mondiale d’Israël.

De nombreuses victimes du monde entier, notamment en Amérique du Nord, en Europe, et dans les pays arabes, ont contacté le Times of Israël ces derniers mois pour raconter comment elles ont été trompées pour déposer d’importantes sommes d’argent par des vendeurs basés en Israël, qui ont menti sur leur identité, leur emplacement, et la nature des transactions qu’ils proposaient.

Le Times of Israël a appris qu’il y avait eu des suicides, des crises familiales et des difficultés financières extrêmes causées par les entreprises israéliennes frauduleuses aux victimes.

Hauser a déclaré le mois dernier qu’il considérait que l’industrie israélienne des options binaires était « un phénomène terrible qui fait du tort à des personnes innocentes et attise malheureusement les braises des perceptions négatives des Israéliens et des juifs. »

Il avait déclaré en août au Times of Israël que, « en tant que régulateur, en tant que sioniste, en tant que père, et en tant que grand-père, cela [l’industrie frauduleuse] me semble affreux. » Il avait déclaré que les entreprises basées en Israël étaient « répugnantes », et qu’elles constituaient un problème d’importance nationale. Il avait alors promis de rassembler toutes les branches de l’application de la loi pour le réprimer.

La rue Jabotinsky de Ramat Gan accueille de nombreuses entreprises d'options binaires. Illustration. (Crédit : Simona Weinglass/Times of Israel)

La rue Jabotinsky de Ramat Gan accueille de nombreuses entreprises d’options binaires. Illustration. (Crédit : Simona Weinglass/Times of Israel)

Cet été également, Natan Sharansky avait déclaré au Times of Israël que l’industrie des options binaires israélienne était « répugnante », « immorale » et nuisait profondément au pays. Il avait exhorté le régulateur israélien à faire tout ce qui était en leur pouvoir pour la faire fermer.

Sharansky, qui dirige l’Agence juive pour Israël, la principale organisation responsable de l’immigration et de l’intégration des juifs de diaspora en Israël, a déclaré que l’Agence alertait tous les immigrants et autres employés potentiels pour qu’ils restent à l’écart de cette industrie, « qui utilise des méthodes immorales pour piéger des victimes innocentes. »

Les Etats-Unis ont interdit aux entreprises d’options binaires étrangères de cibler leurs citoyens. En août, la Belgique est devenu le premier pays européen à interdire l’industrie. Le bureau de Netanyahu, dans son communiqué du mois dernier, a appelé d’autres pays à interdire immédiatement les options binaires : « j’espère que d’autres pays suivront nos pas et rendront les options binaires illégales. »

Bien que toutes les entreprises qui proposent des options binaires ne soient pas frauduleuses, beaucoup prétendent guider leurs clients pour des investissements lucratifs à court terme, mais utilisent en réalité différentes ruses, dont la désinformation, la manipulation de plateformes de transactions truquées et le refus direct de rendre les dépôts d’argent, pour voler l’argent de leurs clients.

Une annonce Facebook pour un emploi dans une compagnie d'options binaires israélienne, publiée le 19 avril 2016. (Crédit : capture d'écran)

Une annonce Facebook pour un emploi dans une compagnie d’options binaires israélienne, publiée le 19 avril 2016. (Crédit : capture d’écran)